Concurrence

Téléphonie mobile au Bénin: un secteur sans vraie concurrence

Le 03 juillet dernier, les sociétés de téléphonie mobile MTN et GLO ont écopé d’une amende correspondant à 0,3% de leurs chiffres d'affaires respectifs, pour n’avoir pas respecté leurs cahiers des charges. Cette décision intervient dans un contexte de ras-le-bol des abonnés qui croient à tort que c’est la faute à la libéralisation du secteur. Qu’en est-il réellement?

Maroc : le Conseil de la concurrence aux abonnés absents

Depuis la libéralisation du secteur des hydrocarbures, les consommateurs ne sont pas certains que les prix pratiqués par les distributeurs pétroliers suivent vraiment la loi de l’offre et de la demande. Un doute nourri par l’observation des prix à la pompe qui augmentent suite à la moindre remontée des cours de pétrole, et stagnent  quand ceux-ci baissent. Aussi, l’on soupçonne les distributeurs d’entente tacite sur les prix. Une suspicion corroborée par la déclaration du gouverneur de Bank-al-Maghrib et l’aveu d’impuissance du Ministre de gouvernance qui fait le constat de l’explosion des bénéfices des distributeurs. Cette polémique aurait pu être éteinte si le Conseil de la Concurrence, chargé de contrôler les pratiques anticoncurrentielles et les pratiques commerciales déloyales, s’était emparé de l’affaire pour démêler le vrai du faux. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait alors?

Taxis vs Uber : redonnons la liberté au consommateur

Les chauffeurs de taxi n’hésitent pas à descendre dans les rues de Johannesburg et à perturber le trafic routier, notamment vers des points sensibles tels que l'aéroport international. Quelles sont leurs revendications ? Ils protestent en fait contre l'utilisation de l'application Uber qui, selon eux, « vole leurs emplois ». Ils déclarent qu'ils ont épuisé tous les recours auprès du gouvernement puisque leurs appels n’ont pas été entendus. Il était donc temps de prendre les choses en main et d'utiliser leur propre force pour empêcher les transactions volontaires entre Uber et ses clients.

La guerre contre Uber au Kenya : un obstacle à l’innovation

L'un des clichés les plus répandus en politique est que « vous ne pouvez pas stopper la diffusion d’une idée qui est dans l’air du temps? ». Cette phrase est trop souvent galvaudée dans les discussions politiques, mais peut-être que l'expression est plus vraie dans les sphères économique et commerciale que dans le monde cacophonique et bruyant de la politique. Après tout, la rupture avec le statu quo en Afrique, en particulier en matière de gouvernance, se poursuit à un rythme de tortue.

Les chauffeurs de taxi doivent servir les usagers et non courtiser les régulateurs

Les autorités de transport en Virginie (USA) ont récemment publié une ordonnance d’arrêt d’activité pour protester contre Uber, une application mobile qui permet aux utilisateurs de réserver et payer des conducteurs privés. Ce n'est pas la première tentative d'interdire un service de plus en plus populaire. Créé en 2009, Uber est aujourd'hui représenté dans 37 pays et a récemment été évalué à plus de 18 milliards de dollars.