Syrie

L’Irak devient-il un État défaillant ?

Pour les iraquiens, 2013 a été une très mauvaise année. À l’exception partielle du Kurdistan, la violence a explosé à travers le pays, atteignant des niveaux jamais vus depuis les convulsions sanglantes de 2006 et 2007. La nature de la nouvelle effusion de sang ressemble souvent aux conflits sectaires de cette période antérieure,

Syrie : la leçon libyenne oubliée

La décision de l’administration Obama d’accroître l’aide aux rebelles syriens, y compris maintenant une aide militaire, semble indiquer que les États-Unis deviennent peu à peu un participant à la guerre civile syrienne.

La Syrie et l'histoire de l'interventionnisme américain

Le désir de s’ingérer un peu partout dans le monde reste fort à Washington. La seule certitude est que presque toutes les interventions finissent en conséquences inattendues négatives, qui elles-mêmes génèrent une pression pour davantage d’ingérence pour y remédier.

Le "double standard" de Washington

La réaction de Washington face à la montée des mouvements contestataires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient est à « géométrie variable ». Les dirigeants américains n’ont pas hésité à soutenir les mouvements dits pro-démocratiques dans les pays qui sont les adversaires des États-Unis.

La guerre civile en Syrie dans le puzzle Moyen-Oriental

Alors que la guerre civile syrienne prend une tournure toujours plus chaotique et sanglante, certains experts avertissent que le conflit qui se joue ne se résume pas à de nobles rebelles épris de liberté face à un régime malfaisant. Il s’agit plutôt d’une lutte complexe impliquant plusieurs factions ethniques et religieuses. Le contexte régional du conflit syrien est tout aussi complexe, reflétant à la fois une lutte géopolitique triangulaire pour la domination entre l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie d’un côté et la vieille rivalité entre sunnites et chiites de l’autre.