Droit de propriété

Afrique du Sud : le nouveau visage de l’apartheid

Sans aucun doute, la discrimination raciale était l’une des caractéristiques de l'apartheid. Cependant, diluées dans une rhétorique politique confuse, on a du mal à comprendre les raisons de l’oppression de la majorité des Noirs Sud-Africains encore aujourd’hui. Comment le gouvernement de l'apartheid a-t-il réussi à créer plusieurs générations de noirs sud-africains pauvres? La réponse est simple: en restreignant leurs droits de propriété.

Les entraves à la propriété privée en Afrique

Les expropriations de terres sont monnaie courante en Afrique. En septembre dernier, on a assisté à de nouvelles expropriations au Zimbabwe. À côté de ces cas, il existe aussi de nombreux conflits fonciers qui rendent moins sûre la propriété  privée en Afrique. D’ailleurs, selon l’indice international des droits de propriété, l’Afrique réalise le plus faible score parmi toutes les régions du monde. Le continent a un score moyen de 4,8 contre 7,5 pour les pays de l’Europe de l’ouest.

Quels indicateurs pour mesurer le progrès dans l’agenda de développement post 2015 ?

L'Afrique est largement considérée comme ayant fait le moins de progrès dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Une grande partie de la discussion en cours est axée sur la recherche d’objectifs justes, significatifs, transversaux et réalisables, ainsi que des moyens pour en évaluer les progrès d’exécution, qui soient pertinents aussi bien pour l'Afrique que pour d'autres régions en développement.

Droit de propriété: le plaidoyer d'une mère

Je ne suis pas une économiste, mais les défis auxquels fait face l'économie zimbabwéenne me dérangent. Étant une femme, épouse et mère, je pense que l'importance des droits de propriété foncière peut être mieux expliquée à partir de l’approche genre. Vous pouvez en douter, mais j’insiste sur le fait que c'est la clé pour débloquer le développement économique du Zimbabwe. Alors que les stratégies économiques complexes existent, la mienne est une analogie qui, une fois appliquée et comprise,  permettrait au Zimbabwe de se remettre de ses maux.