Cameroun

Le déclin du football camerounais : une affaire d’Etat qui fait rigoler

Le Président du Cameroun avait déjà pris l’habitude depuis 1990 de surfer sur la victoire des Lions Indomptables pour assurer la paix et la stabilité de son pouvoir. Le football était devenu le dernier socle du patriotisme et de la cohésion nationale au Cameroun. Il captivait toutes les attentions du peuple et faisait oublier, le temps d’une compétition, les misères quotidiennes. L’humiliation du Cameroun au Brésil à l’occasion du mondial 2014 a conduit le Président de la République à ordonner l’ouverture d’une enquête qui fait rigoler ses compatriotes.

La gouvernance de l’Eglise catholique remise en question au Cameroun

L’obligation des fidèles à rembourser une dette inexpliquée à l’Archidiocèse de Yaoundé à hauteur de 6 milliards de FCFA secoue encore le milieu catholique au Cameroun et pose la question de la gouvernance de l’Eglise. Deux questions se posent sans réponses : (1) A quoi ont servi les fonds empruntés ? (2) Quelles dispositions l’Église prend-elle pour améliorer sa gouvernance à l’avenir ?

Cameroun : Pour une véritable libéralisation du secteur électrique

Le Cameroun est frappé par de graves pannes de courant depuis une décennie maintenant. Ce sont les zones rurales du pays qui ont le plus souffert de ces graves coupures d’électricité. La situation est pire encore dans la capitale Yaoundé. Selon l’unique fournisseur public d’électricité dans la capitale, AES Sonel, qui jouit depuis longtemps du monopole dans son secteur, les pannes ont été le résultat d’opérations de maintenance sur le réseau électrique du pays.

Pénurie d’eau au Cameroun : une crise de monopole ?

L’entrée du secteur privé dans le processus de  gestion de l’eau des centres urbains et péri-urbains camerounais avait laissé espérer l’ouverture d’une nouvelle ère dans l’offre et la gestion de l’eau potable, notamment un service de meilleure qualité accessible à tous. Malheureusement, force est de constater que la situation n’est guère reluisante.

Repenser le développement rural participatif et décentralisé au Cameroun

Le 16 décembre 2013, le gouvernement du Cameroun et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé la deuxième phase de l'accord de prêt nommé  Grass Field Projet de développement rural participatif et décentralisé (GP DERUDEP). Selon la BAD, les agriculteurs de la Région du Nord-Ouest (RNO) du Cameroun devraient bénéficier de ce prêt de façon adéquate. Le montant total du projet est estimé à 25,600 millions d'UA et le Gouvernement du Cameroun devrait fournir le reliquat de 8,80 millions d’UA.