Cameroun

Cameroun : La rareté des semences plombe la productivité agricole !

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER), Henri Eyébé Ayissi, a procédé le 10 mars 2017 au lancement officiel de la campagne agricole 2017 au Cameroun. L’objectif du gouvernement est de booster la production agricole. Or, la place accordée aux intrants (engrais, plants, semences améliorées, etc.) est négligeable. En agronomie, la semence est l’intrant le plus important, car d’elle dépend la productivité des exploitations et la compétitivité du secteur. Comment expliquer le déficit des semences au Cameroun ?

Cameroun : pour une meilleure gouvernance foncière

Selon le ministère en charge des affaires foncières, 50% des litiges retrouvés devant les tribunaux sont fonciers. Malheureusement, cette intensification des conflits fonciers engendre le blocage des chantiers de développement. D’après la Constitution camerounaise, la propriété est le droit d’user, de jouir et de disposer des biens garantis à chacun par la loi. Normalement, la propriété d’une terre donne droit sur ce qu’elle produit et sur ce qui s’y trouve. Mais, est-ce vraiment le cas au Cameroun ?

Cameroun : Y a-t-il un problème anglophone ?

Depuis le 21 novembre 2016, le Cameroun traverse une énième crise sociale qui pousse certains observateurs à prédire l’imminence de l’expression sur la place publique d’un malaise généralisé. Cette fois-ci, ce sont les deux régions anglophones du pays (Nord-Ouest et Sud-Ouest) qui sont mobilisées contre la volonté de les «francophoniser». En réalité, la revendication linguistique n’est qu’un prétexte qui cache le «problème national» de marginalisation des minorités linguistique, ethnique, religieuse, etc. En effet, les motivations sous-jacentes derrière ces contestations sont l’exclusion politique et économique. De quoi s’agit-il et que faut-il faire ?

Quatre raisons de la longévité au pouvoir de Paul Biya au Cameroun

Ce 6 novembre 2016, Paul Biya a célébré ses 34 ans de règne au Cameroun. Dans sa parution n°2913, le journal Jeune Afrique entre dans son intimité et décrit la situation d’un président qui aurait souhaité « congeler » et « vitrifier » le Cameroun et les Camerounais afin que le pays demeure « en paix » malgré ses absences, la multiplication des crises sociales et la situation économique particulièrement morose (crise de la sous-production). Comment et pourquoi a t-il réussi à s’éterniser au pouvoir ?

Cameroun : Le bal des DG ne fera pas décoller la Camair-co

Le 22 août 2016, Ernest Dikoum avait été nommé 6ème Directeur général (DG) de la compagnie aérienne camerounaise (Camair-Co) en 9 ans d’existence. Depuis 16 ans, la Camair puis la Camair-co a connu 10 DG sans succès. L’entreprise surendettée (35 milliards de FCFA de dette) est passée par la faillite pour renaître mais, toujours en vain. La question est de savoir si le changement de DG est suffisant pour faire décoller une entreprise.