Cameroun

Cameroun : crise alimentaire ou crise de gouvernance ?

Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans son rapport de mai 2018, 36,7% de la population globale des régions septentrionales du Cameroun est confrontée à l’insécurité alimentaire. La seule région de l’Extrême-Nord représente 75% des enfants en retard de croissance. Selon le discours officiel, la région est frappée depuis 2014 par la crise terroriste de Boko Haram qui contraint les populations à abandonner les zones rurales où se font l’essentiel des cultures. Aussi, la même région n’aurait connu respectivement entre 2015 et 2017 que 43, 42 et 39 jours de pluie, exposant les cultures à la sécheresse et aux ravageurs. Une superficie totale de 9623 hectares aurait été infestée par les ravageurs en 2017. Les dirigeants peuvent-ils se cacher derrière ces «alibis» ?

Cameroun : comment restaurer le vivre ensemble ?

Le Cameroun est miné par une multitude de conflits identitaires qui perturbent son vivre-ensemble et qui suscitent le débat sur la forme de l'Etat. Face au régime en place qui défend l'Etat unitaire décentralisé, certains revendiquent le fédéralisme tandis que d'autres demandent même la sécession. Au-delà de la question de forme, c'est du contenu et donc, de la gouvernance qu'il est question. Toute société moderne est multi-niveaux, multicentrique, multi-acteurs.

Cameroun : Cinq freins à l’industrialisation.

Selon la littérature, l’industrialisation comme action de transformer les matières premières pour les besoins de satisfaction du marché, est la voie royale du développement. Au Cameroun, le processus a débuté depuis l’époque coloniale pendant les deux premiers plans quadriennaux (1947-1953 et 1953-1959) élaborés dans l’objectif de mettre en place des infrastructures de base, de diversifier et de moderniser le secteur productif. Plus d’un demi-siècle plus tard, le secteur manufacturier tarde à décoller et les exportations restent dominées par les matières premières à l’état brut. Pis, du 3ème pays industriel de la zone franc en 1980, le Cameroun a dégringolé. Quelles en sont les causes et que faut-il faire ?

Cameroun : le développement rural pris en otage

En vue d’être éligible à l’initiative de désendettement Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), le gouvernement camerounais avait dû accepter, dans les années 2000, de basculer dans l’approche projet/programme. Il s’agissait, dans l’idéal, de la démarche consistant en l’identification d’un problème local et en la proposition d’une solution à travers un mécanisme de planification et de programmation des activités. Près de 15 ans après, le monde rural continue de se paupériser. Comment sortir d’une telle impasse?

La filière bois gangrenée au Cameroun

Selon l’Annuaire statistique du Cameroun, édition 2015, de l’Institut National de la Statistique, le Cameroun compte près de 20 millions d’hectares (ha) de forêts tropicales humides au sein du bassin du Congo qui est le deuxième massif forestier tropical au monde après la forêt amazonienne. Riche de cette forêt pourvoyeuse d’environ 165 espèces de bois, on peut être surpris de constater que le pays tourne à perte dans l’industrie de la transformation. Comment expliquer une telle aberration ?