Irak

L’Irak devient-il un État défaillant ?

Pour les iraquiens, 2013 a été une très mauvaise année. À l’exception partielle du Kurdistan, la violence a explosé à travers le pays, atteignant des niveaux jamais vus depuis les convulsions sanglantes de 2006 et 2007. La nature de la nouvelle effusion de sang ressemble souvent aux conflits sectaires de cette période antérieure,

La guerre en Irak : Dix ans plus tard

Aux USA des (néo) conservateurs de premier plan qui avaient défendu la guerre en Irak, comme le sénateur John McCain et la blogueuse Jennifer Rubin Washington Post, ont accusé le retrait militaire américain de l’Irak d’avoir accru l’influence iranienne. Cette affirmation populaire ignore volontairement que l’Iran a bénéficié de la guerre à la suite de l’élimination de Saddam Hussein, et non après le retrait des troupes américaines.

Crise syrienne : l'Irak entre le marteau et l'enclume

La crise syrienne a mis en évidence un problème irakien qui s’amplifie d’année en année. Les réalités géographiques font qu’il est dangereux pour tout régime irakien de se mettre à dos son plus grand pays voisin à l’Est, l’Iran.

L’Irak à la croisée des chemins

Le retrait définitif des troupes américaines d'Irak a marqué un tournant presque aussi important que le renversement de Saddam Hussein. L'Irak est maintenant face à plusieurs chemins possibles pour son avenir politique et économique. Certains de ces chemins mènent à un avenir prometteur, d'autres conduisent soit au chaos soit à une nouvelle ère de répression. Malheureusement, la voie que le Premier ministre Nouri al-Maliki semble vouloir suivre ne conduit pas au meilleur pour le peuple irakien.

Vers quelle stratégie américaine au Moyen-Orient ?

Leon Hadar – Le 7 juillet 2011. Il n’est pas nécessaire d’être un analyste stratégique ou un expert de la région pour comprendre que les politiques des États-Unis au Moyen-Orient et en Asie centrale, de l'Afghanistan à la Libye, sont dans une impasse.