Gabon

Un opportuniste plan d’égalité des chances au Gabon

« Il n’est pas tolérable que dans notre pays, l’accès à l’éducation et à la formation, aux soins de santé, aux emplois et aux logements, repose le plus souvent sur les privilèges d’ordre familiaux ou politiques ». C’est par ces mots que le président gabonais Ali Bongo lançait le 23 février 2016 son programme pour l’égalité des chances. Un programme visant, selon lui, à rompre avec la vieille culture du favoritisme, les vieilles habitudes des privilèges immérités qui marginalisent et excluent de nombreux talents et intelligences du pays. Mais formulé à quelques mois de l’élection présidentielle, ce programme soulève plusieurs questions.

Biens mal acquis : Pourquoi le mal perdure

Les scandales ayant entouré la mise en lumière des affaires des biens mal acquis ont laissé penser que les élites africaines incriminées allaient faire profil bas sur ces pratiques qui contribuent à appauvrir les Etats. Malheureusement il n’en est rien. Le mal est toujours aussi profond.

La France, le réchauffement et le nucléaire

Emmanuel Martin – Le 6 décembre 2010. Alors qu’une bonne partie de l’Europe a été paralysée par le froid ces derniers jours, se déroule à Cancun le sommet sur le réchauffement climatique. Parallèlement, en Inde, M. Sarkozy a « vendu » ce weekend deux centrales nucléaires françaises – au moins. On peut bien sûr sourire de l’ironie de la météo

L’après-présidentielle gabonaise : pourquoi un sentiment anti-français ?

Noël Kodia – Le 7 septembre 2009. Suite à l’annonce de la victoire d’Ali Bongo avec près de 42% des voix, ses adversaires ont crié à la fraude organisée. S’en sont suivis des actes de violences, dans la capitale et en province. A Port-Gentil, un couvre-feu a été décrété.

Présidentielle gabonaise : Une élection à hauts risques

Noël Kodia – Le 14 août 2009. Le président Bongo Ondimba en mourant, venait d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire politique du Gabon car les élections que demande sa Constitution devraient donner un nouveau président au pays. Mais dans cette Afrique, l’alternance pose toujours problème