Côte d'Ivoire

Politique et justice

Les enquêtes relatives à certaines victimes individuelles ou collectives de violences à caractère politique n’aboutissent presque jamais à la manifestation de la vérité, encore moins à des poursuites pénales. En Côte d’Ivoire, par exemple, l’affaire Kragbe Gnabge, l’assassinat de l’étudiant Thierry Zebie, le viol des étudiantes de la cité universitaire d’Abobo, le coup d’Etat de 1999, le charnier de Yopougon, la guerre de 2002, les assassinats de nombreux citoyens, peu avant, pendant et après cette période, la tuerie des femmes d’Abobo, la bousculade mortelle du stade Houphouët-Boigny, l’accident du bus de la Sotra en 2011, la tuerie des réfugiés du camp de Nahibly, etc. ne sont que quelques exemples de l’incapacité d’une nation à faire la lumière sur certaines grandes tragédies. Ces exemples qui illustrent notre propos existent partout en Afrique. Que dire alors de la justice ordinaire concernant le citoyen lambda ?

La richesse cachée des pauvres en Afrique

Chaque année, les Nations Unies évaluent le taux de pauvreté dans le monde et réalise un classement des pays. Cela permet aux populations de se situer par rapport au reste du monde et incite les gouvernements à prendre conscience de la profondeur du problème, et à engager une réflexion sur les moyens de faire reculer la pauvreté dans leurs pays. On peut cependant s’interroger sur le mode de calcul de ce taux. Quelles sont les variables prises en compte dans la détermination de cet indicateur et de sa pertinence pour rendre compte de la réalité de la pauvreté en Afrique?

Conférences de Tom Palmer

Les Students for liberty en Côte d’Ivoire, Audace Institut Afrique et  Libre Afrique avec le soutien de la fondation ATLAS pour la recherche économique et de l'entreprise panafricaine ARIS-Intelligence ont l’honneur et le plaisir de recevoir Tom Palmer, éminent défenseur de la liberté dans le monde, à Abidjan pour une série de conférences.

Côte d’Ivoire : les dangers d’une législation du travail hostile

Le forum Investir en Côte d’Ivoire (ICI) 2014 qui s’est tenu à Abidjan début février a été un évènement majeur ayant réuni plus de 2000 investisseurs potentiels. Les intentions d’investissements enregistrées, selon le directeur du Centre de promotion de l’investissement en Côte d’Ivoire (CEPICI), se répartiraient entre 280 milliards de FCFA dans le secteur privé et 163 milliards pour les partenariats-public-privé (PPP), soit 443 milliards au total. La question que se posent désormais les autorités est de savoir comment passer des promesses à la réalisation des projets.

La frénésie des classements mondiaux dans un marigot corrompu : l’ambivalence du cas ivoirien

corruption

La Côte d’Ivoire fait des efforts pour progresser dans les classements internationaux notamment le Doing Business. La volonté de réforme est telle qu’elle a été classée dans le top 10 des pays les plus réformateurs au Doing Business 2014. Elle progresse par rapport à 2013, en passant de la 177ème à la 167ème place sur les 189 économies évaluées. Le classement reste cependant très médiocre avec quelques avancées