Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Un Sénat peut-il renforcer la démocratie ?

La création d’un sénat semble, entre autres, l’une des grandes nouveautés du projet de constitution de la Côte d’Ivoire. Cette proposition d’un système bicaméral est selon le Président Ouattara un moyen d’accroître la force du pouvoir législatif. Un tel projet va-t-il dans le sens de la relance de la démocratie ivoirienne ?

Côte d’Ivoire : Les quotas permettront-ils l’intégration des jeunes ?

Une seule personne de moins de 35 ans au gouvernement, moins de 10% de jeunes au Parlement ivoirien. Pourtant, près de 70% de la population ont moins de 35 ans et la liste électorale est dominée par les jeunes. Ces derniers constituent donc l’essentiel de la population ivoirienne et de l’effectif des partis politiques. Seulement, ils peinent à occuper des postes conséquents, en dépit de leur ferveur et de leur engagement en politique. Ce paradoxe est inquiétant et suscite de vives interrogations. D’aucuns proposent la discrimination positive via les quotas pour améliorer la représentativité politique des jeunes. Est-ce pertinent ?

Radios communautaires en Côte d’Ivoire : des ondes de développement local

Dans les Etats les moins avancés tels la Côte d’Ivoire, les radios de proximité connaissent un essor remarquable. Si l’Union des Radios de Proximité de Côte d’Ivoire comptait à sa naissance, en 1999, 52 radios, aujourd’hui, ce nombre a doublé et 45 % des ménages disposent  d’au moins un poste radio selon le dernier recensement. La Côte d’Ivoire étant engagée sur la voie de la décentralisation et de la promotion du développement local, quel rôle peuvent jouer ces radios communautaires?

Côte d’Ivoire : Fallait-il renflouer une banque publique en faillite?

Après les révélations de la commission bancaire de l’UEMOA sur les insuffisances du plan de la gestion de la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne (CNCE), cette banque a été mise sousadministration provisoire depuis juin 2015. Vu la persistance des difficultés, le gouvernement ivoirien a décidé, lors du conseil des ministres du 16 mars 2016, d’injecter des fonds publics supplémentaires à hauteur de 35 milliards de FCFA en vue de permettre la continuité de l’exploitation de la CNCE. Le gouvernement justifie cette mesure par le fait que cette banque a le plus vaste réseau bancaire en Côte d’Ivoire avec plus de 130 agences, avec près de 22% de l’ensemble des comptes ouverts en Côte d’Ivoire. Le renflouage était-i la bonne décision à prendre?

La discrimination des femmes ivoiriennes est-elle culturelle?

L’Etat de Côte d’Ivoire a ratifié depuis 1995, l’ensemble des dispositions et conventions internationales relatives à l’élimination des discriminations à l’égard des femmes. Deux décennies plus tard, le constat est peu reluisant : les conditions de vie de la femme ivoirienne ne se sont guère améliorées. Bien au contraire, elles se sont dégradées. Selon un rapport de la Banque mondiale de 2013, 75 %  des ivoiriennes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Comment expliquer cette situation déplorable ?