Guinée

Subventions en Guinée : un alibi pour gagner sur le dos des contribuables

Le Gouvernement guinéen vient de décider de supprimer la subvention du carburant en faisant passer les prix de l’essence, du pétrole et du gas-oil de 8 000 à 10 000 francs guinéens le litre. Il soutient que cette décision est destinée à alléger les finances publiques (les subventions et transferts ayant augmenté de 292,48% entre 2010 et 2018). Qu’en est-il réellement ?

Guinée : naufrage du système éducatif

Avec 26,04 %, le taux de réussite au baccalauréat 2018 crée l’émoi et la polémique en Guinée. Une situation confirmée par le classement peu reluisant sur l’indice de compétitivité globale 2018, respectivement 133ème et 122ème sur 137 pour l’enseignement primaire et l’enseignement supérieur. Qu’est-ce qui mine le système éducatif guinéen ?

Guinée : de la guerre des bérets à celle des grandes puissances

Emmanuel Martin – Le 23 décembre 2009. Après les massacres du 28 septembre à Conakry la commission d’enquête indépendante de l’ONU a qualifié dans son rapport de « crimes contre l’humanité » plusieurs faits des membres de la junte au pouvoir en Guinée

L'armée en Guinée

L’armée guinéenne : Comment et pour quoi faire ? (L’Harmattan, septembre 2009) de M. Aliou Barry, Revue de livre par Noël Kodia, le 20 octobre 2009 - Ecrit par un officier franco-guinéen en retraite et docteur en droit international public, ce livre tombe à pic, l’armée guinéenne étant sur la sellette après les tueries du 28 septembre dernier.

Démocratie en Guinée : quel rôle pour la communauté internationale et l’Union africaine ?

Noël Kodia - Le 27 avril 2009. Ayant pris le pouvoir par force après le décès de Lansana Conté depuis décembre 2008, le capitaine Moussa Dadis Camara s’est autoproclamé président de Guinée en rassurant l’opinion nationale et internationale qu’il devait opérer une transition politique pour organiser des élections libres et transparentes. Malgré quelques réticences, la Communauté internationale l’a accepté, lui priant de « faire vite » afin que le cadre constitutionnel revienne au pays. Un nouveau défi pour la Communauté internationale et l’Union Africaine