Maroc

La profonde crise des partis politiques marocains

Huit longs mois de contestations pacifiques (Hirak) dans la région du Rif ont permis de dévoiler plusieurs dysfonctionnements au sein de l’appareil administratif et politique marocain. Malgré les revendications claires et majoritairement à caractère social des Rifains, les partis politiques marocains n’ont pas pu proposer de solutions concrètes pour apaiser les tensions. Cette crise soulève la question de la représentativité et de la légitimité des partis politiques marocains.

Maroc : Comment mettre fin à la violence contre les femmes ?

Exposées dans toutes les cultures à toutes les formes de violences, les femmes issues de pays tiers-mondistes – de culture arabo-musulmane plus particulièrement – demeurent toutefois la cible privilégiée d’une violence prédatrice. Ceci est le cas en l’occurrence des femmes marocaines, dont le calvaire se mesure à des chiffres qui font froid dans le dos

PME marocaines : Pour ou contre la préférence nationale ?

Le torchon brûle entre le ministère de l’intérieur et la Fédération des BTP. En cause,  les dérives dans les d’appels d’offres lancés par les communes, les régions et les collectivités territoriales. Les opérateurs de ce secteur crient à la discrimination dans la procédure de passation de ces marchés, et appellent, entre autres, à l’application de la préférence nationale réservant 15% des marchés publics aux PME nationales. Une revendication qui pourrait sembler a priori légitime, mais c’est loin d’être le cas!

Maroc : pas d’émergence sans changement de cap !

La présentation du mémorandum de la Banque mondiale, le 15 mai dernier, est venue interpeller les autorités marocaines sur la question de l’émergence du Maroc d’ici 2040. Est-ce possible ? Et comment y arriver ?

Maroc : protection commerciale ou rente ?

Au Maroc, les importateurs et les distributeurs de papier n’entendent pas se laisser faire, et comptent déposer une nouvelle requête contre Med Paper qui profite, depuis le début de cette année, d’une mesure de sauvegarde via l’imposition d’une taxe ad valorem de 25% renchérissant automatiquement le prix du papier importé. Une mesure de sauvegarde prise, suite à la requête déposée par Med Paper qui prétend que ses déboires actuels sont dus au dumping exercé par les fournisseurs étrangers.