Nigéria

Nigéria : impossible duo Etat de droit - bonne gouvernance ?

Selon la définition de Kofi Bentil, la notion d’état de droit est le principe selon lequel les gouvernements doivent être régis par un ensemble de lois bien définies qui engagent tout le monde au sein d’une juridiction donnée. L’état de droit implique, entre autres, l'équité, l'égalité devant la loi, le respect des droits de l'homme, de la vie et des biens personnels, un traitement juste et équitable pour tous, par opposition au traitement arbitraire des masses par les dirigeants, les gouvernements et les fonctionnaires. À cette fin, le respect de l’état de droit est essentiel pour le développement général et la stabilité de chaque pays africain, en l’occurrence le Nigéria.

Nigéria : Le protectionnisme plombe l’économie

Au début de cette année, la plupart des Nigérians étaient optimistes et espéraient que le soi-disant «Budget de Changement» de l'administration Buhari allait apporter des modifications positives substantielles au Nigéria. Malheureusement, le pays connaît actuellement une croissance négative (récession économique), un affaiblissement de la monnaie et une hyperinflation qui  se sont traduits par de fortes hausses de prix. Les tarifs de nombreux produits de base ont doublé depuis 2015. Selon le Bureau national des statistiques (NBS), le taux de chômage du pays est passé de 13,3%, au 2e trimestre, à 13,9%  au 3e trimestre de 2016.

Les dépenses des Nigérians encadrées par la loi

Les récentes politiques entreprises par le gouvernement fédéral du Nigéria nous amènent à nous demander si nous vivons dans une société saine et démocratique ou sous le contrôle de certains dirigeants autocratiques et intolérants ?

Nigeria : Doit-on exclure les étrangers du marché de l’emploi ?

Le projet de loi de Hon Femi Gbajabiamila visant à restreindre l’accès à l'emploi des ressortissants étrangers dans le pays va passer en deuxième lecture. Selon M. Gbajabiamila, l’initiateur, c’est important pour lutter contre le chômage dans le pays. Le projet de loi, s’il est adopté, instituerait une amende de 1 à 2 millions de nairas  aux contrevenants employant des étrangers, au lieu de Nigérians.

La subvention sœur jumelle de la corruption

La corruption prospère sur le continent africain peut-être beaucoup plus que partout ailleurs dans le monde. Selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, le continent perd plus de 50 milliards de dollars chaque année à cause de la corruption et les flux financiers illicites. Les rapports annuels de l'agence mondiale de notation de la corruption, Transparency International, montrent que l'Afrique est toujours en tête de la liste des pays les plus corrompus au monde.