Chine

Le retour du protectionnisme

Oasis Kodila Tedika - Le 17 août 2009. A la genèse des déséquilibres mondiaux, on compte notamment les problèmes américains et chinois. Le refrain est désormais connu : au commencement, les Etats-Unis et leur consommation ostentatoire alors que ce pays n’a d’épargne que « zéro » dollar, d’un côté. De l’autre côté, la Chine qui bâtit sa croissance sur un gros excédent commercial.

Vers un nouveau système monétaire international ?

Deepak Lal – Le 11 août 2009. Alors que les réserves de change de la Chine ont dépassé les 2000 milliards de dollars, elle appelle de plus en plus à un nouveau système monétaire international. Faudrait-il changer le « non-système » monétaire international actuel avec changes flottants centré autour du dollar ?

Obama, la Chine, et le dilemme des finances publiques américaines

James Dorn - Le 2 juin 2009. A la fin de son mandat en tant que président des Etats-Unis d’Amérique, George W. Bush a déclaré abandonner « les principes du libre marché pour sauver le système de libre marché ». Il avait cependant déjà accru de manière significative la taille et le rôle de l’État fédéral américain. Sa dernière action fût de sauver Chrysler et General Motors – qui vient de déposer le bilan, engloutissant ainsi des milliards de deniers publics. Cette tendance se perpétue sous l’égide du Président Barack Obama et de la majorité démocrate au Congrès, et cela ne va pas sans poser problème, notamment pour la Chine.

Politique extérieure de l'administration Obama : reconsidérer la Chine

Leon Hadar le 12 décembre 2008 - La critique majeure que les dirigeants est-asiatiques pourraient faire à la politique extérieure de l'administration américaine sortante serait que Washington s'est concentré sur les problèmes géostratégiques du grand Moyen Orient durant les huit dernières années, laissant à l'écart de l'agenda américain la Chine et la plupart de l'Asie de l'Est.

Chine : une prospérité oubliée

Emmanuel Martin, le 13 juillet 2008 -
L’historien Joseph Needham est resté célèbre pour avoir posé le problème suivant : pourquoi la Chine, qui avait une avance technologique considérable sur l’Europe voilà huit ou neuf siècles, a-t-elle stagné au Moyen-âge pour décliner jusqu’à la fin du vingtième siècle ? Needham n’a pas trouvé la réponse. Etant un collectiviste convaincu, la réponse ne lui aurait peut-être pas plu.