Crise

Fannie Mae et Freddie Mac : les déboires du capitalisme d’Etat

Gerald P. O'Driscoll Jr., le 11 septembre 2008 - Le Secrétaire américain du Trésor Henry Paulson a pris le contrôle des deux géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac le 7 septembre. Il semble bien qu’il y a été forcé. Pourtant cette évolution ne change rien à la crise immobilière ni à la cause première des déboires de « Fannie et Freddie ».

La pression fiscale : un débat toujours d’actualité

Nouh El Harmouzi le 29 mai 2008 -
L’actualité argentine nous offre un fait divers singulier. Des agriculteurs qui manifestent non pas pour réclamer des subventions et des aides étatiques financées par l’argent du contribuable, encore moins pour exiger des mesures protectionnistes via l’instauration de barrières tarifaires et non tarifaires (afin de protéger un produit souvent médiocre, trop cher et non compétitif)… mais pour de toutes autres raisons…

L’ombre de la Chine dans la crise au Zimbabwe

Rejoice Ngwenya, le 24 avril 2008-
Le Président Hu Jintao avait promis 5 milliards de dollars US en prêts et crédits sur trois ans sur trois ans à cinquante chefs d’Etat africains au sommet Chine-Afrique à Pékin. Mais personne ne se doutait que ce geste bienveillant comprenait un cargo contenant 3 millions de munitions, 1500 grenades à propulsion et 2500 mortiers destinés au Zimbabwe.

FMI : "Penser l'impensable" ?

Emmanuel Martin, le 22 avril 2008 -
Il faut se préparer à « penser l’impensable » déclarait en mars dernier John Lipsky, Premier Directeur général adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), aux autorités du monde entier. Il parlait des mesures à prendre pour endiguer la crise financière. Il y a deux semaines dans son traditionnel World Economic Outlook, le FMI donnait ses trois lignes de défense, des mesures très interventionnistes, pour sortir de la crise. Et en fin de semaine dernière c’est son Directeur Général, Dominique Strauss-Kahn qui soutenait que la crise prouve que les marchés doivent être régulés.

Crise alimentaire : Où sont les responsables ?

Emmanuel Martin, le 16 avril 2008-
La flambée des prix alimentaires qui a donné lieu à des « émeutes de la faim » constitue un véritable drame humain. Le prix mondial du blé a presque triplé en trois ans, doublé en un an, celui du riz a pu augmenter de plus de 50 % depuis janvier. Le coût d’un repas a été surenchéri de 40 % en un an dans les pays pauvres. Là où l’alimentation représente jusqu’à 75 % du budget d’un ménage, ces hausses de prix s’avèrent catastrophiques. Elles pourraient refaire passer des millions de gens sous le seuil de pauvreté et effacer des années d’efforts de développement. Quelles raisons peuvent expliquer cette situation ?