Kenya

Le Kenya abuse dangereusement des emprunts

Il ne serait pas sage de planifier l’alimentation de votre famille sur la base de ce que vous allez trouver dans le grenier de vos voisins. Malheureusement, c’est le chemin que nos dirigeants ont choisi d’emprunter. L’endettement n’est pas mauvais en soi, mais il doit être fait avec beaucoup de prudence. Il est inquiétant de constater qu’au bout de deux ans, le gouvernement kenyan a emprunté 874.5 milliards de Shellings (Sh), plus que ce que le régime prédécesseur a emprunté (738 milliards Sh) durant son dernier mandat (5 ans).

Kenya: quand les médias aident le terrorisme

Suivant le Manuel de l’armée de terre des États-Unis (1996), « dans la guerre, l'information est la clé de la victoire ». Chaque bon soldat sait que les guerres conventionnelles et non-conventionnelles sont menées sur plusieurs fronts. Aujourd’hui, pour aboutir à la victoire, il ne suffit pas de gagner des batailles importantes sur le terrain, mais il faut également gagner les cœurs et les esprits des gens dans les pays ou territoires de l'assaut. L'exploitation stratégique des informations est essentielle dans toute guerre ou bataille et peut influer sur le résultat final du conflit. Même les putschistes militaires savent que pour déloger un régime politique existant ils doivent d'abord saisir les stations de radiodiffusion nationales pour contrôler la circulation de l'information, attiser les émotions contre le régime et garder le soutien du peuple.

Kenya : Toute la diaspora doit pouvoir voter

La diaspora du Kenya est très nombreuse, d’Ouganda à Sydney, en passant par  Monaco, la Chine, le Qatar, la Russie, le Soudan du Sud et le Brésil. La fixation faite par les médias et le gouvernement sur les Kenyans vivant seulement aux États-Unis est fausse et partiale. Les 3 millions et plus de Kenyans vivant à l'étranger ne viennent pas seulement des États-Unis mais aussi d'autres parties du monde ils ont développé leurs entreprises, leurs investissements et leur expertise, ce qui constitue un avantage indéniable pour le pays.

Une idéologie alternative contre la radicalisation au Kenya

Lorsque les rapports sont tombés confirmant que Mohamed Abdullahi Abdirahim, juriste de formation et fils du chef du gouvernement à Mandera, était le cerveau de l'attaque terroriste brutale qui a tué 148 étudiants à Garissa University College, le 2 avril 2015, l'ensemble du pays a été choqué. La conscience de la nation a été piquée au vif et un message subtil mais glacial a été envoyé : personne, indépendamment de son statut social n’est à l'abri de tomber dans la radicalisation et l'idéologie extrémiste.

Kenya : quand les lois anti-terroristes renforcent le terrorisme

Récemment promulguées au Kenya, les lois anti-terroristes semblent avoir divisé le pays en raison de la négligence et de la manière précipitée avec laquelle elles ont été élaborées, débattues et adoptées. Le gouvernement actuel a poussé, de manière irresponsable, vers une pensée dichotomique de type : « soit vous supportez les lois  sécuritaires, soit vous êtes un sympathisant terroriste ». Cette vision du monde en noir et en blanc est souvent le reflet de l'intolérance sous-jacente, et la paresse intellectuelle qui conduisent à des conclusions erronées.