Emmanuel Martin

Panama Papers et Afrique : Quelles priorités ?

L’affaire des « Panama papers » révélée par le Consortium International de Journalistes d’Investigation a suscité une indignation immense.  En Afrique, de nombreux noms ont été sortis. Le sujet est explosif et nécessite donc une réflexion posée.

Diagnostic du malaise français : pour une politique de la responsabilité

Les attentats terroristes dans les locaux de Charlie Hebdo et dans un supermarché casher à Paris ont alerté les français sur la capacité de l’Islam radical à saper les processus d’intégration en France. Et l’écho fait aux terroristes par une partie de la jeunesse musulmane des banlieues clamant « Je ne suis pas Charlie » a certainement amplifié ce qu’il faut bien qualifier de malaise français. Les émeutes pro-palestiniennes dégénérant en émeutes antisémites dans le centre de Paris l’été 2014 ne sont pas loin non plus. Ces événements semblent converger, symptômes de la non-intégration de certaines banlieues.

Sommet américano-africain: L’Amérique va-t-elle stimuler le progrès économique de l’Afrique?

L’un des principaux sujets du sommet États-Unis-Afrique à Washington ce mois d’août 2014 concerne les relations commerciales entre les deux blocs. Les États-Unis ont un intérêt dans le développement de la relation commerciale avec l’Afrique, et la question est évidemment importante pour le développement de l’Afrique. Pourtant, l’avenir économique du développement de l’Afrique se trouve-t-il autant entre les mains de M. Obama ?

Tunisie : la révolution de Bouazizi trahie

Alors que les députés de l’Assemblée nationale constituante de Tunisie rédigent peu à peu la nouvelle constitution tunisienne, une polémique a émergé jeudi soir lors de l’élaboration de l’article 48 relatif aux droits et libertés. Un amendement, émanant de députés de tous horizons et énonçant que « L’État garantit la liberté du travail et la liberté de l’initiative économique » a suscité un vif débat

Débat sur la microfinance : Ne détourne-t-elle pas des vraies questions ?

La micro finance semble avoir été une autre de ces « stratégies miracles » dont on a rapidement réalisé les limites. Beaucoup demandent une intervention réglementaire pour mieux encadrer un secteur dans lequel peuvent en réalité prospérer les « micro requins » qui appauvrissent au final les emprunteurs modestes par des taux d’intérêts exorbitants.