Afrique

Sept politiques pour accroitre la pauvreté

Plusieurs politiques publiques sont de nature à maintenir les pauvres dans la pauvreté. Etrangement ce sont des politiques qui au premier abord pourraient paraître attractives. On peut en citer au moins sept.

Etendre le champ de l’État providence

Stop à la manipulation de la monnaie !

L'invention de la monnaie a permis aux individus de remplacer leur système de troc par celui de l’échange monétaire. Au lieu d'échanger un bien ou un service contre un autre, la création de la monnaie a permis aux gens d'acheter ce qu'ils voulaient même à crédit. La monnaie est essentiellement un échange de reconnaissances de dettes (I-owe-you token,IOU).

Le capitalisme : un système économique moral

Le capitalisme contrairement à de nombreuses critiques est moral. Pourquoi ?  Parce qu’il repose sur les droits et libertés individuels. Andile Khumalo a écrit[1] qu'il faut évoluer vers un capitalisme qui place «la société plutôt que le profit au cœur des décision et actions des entreprises». Mais la justification morale du capitalisme ne réside pas dans ses effets «pour la société» ; sa justification morale est qu’elle repose sur la notion de droits individuels.

Cour Africaine des Droits de l’Homme: une coquille vide

Née en 1998 avec la signature du Protocole additionnel à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples est opérationnelle depuis 2006. Sa mission principale est de protéger les droits de l’homme sur le continent. Mais après plus d’une dizaine années d’activité, force est de constater qu’elle est loin du compte. L’actualité des pays africains demeure marquée par l’abondance des violations des droits de l’homme. Quelles sont alors les raisons de l’inefficacité de cette Cour ?

L’histoire d’une réussite par le libre échange

Qui pourrait penser que les Américains seraient plus riches si chacun des cinquante États avait mis des restrictions sur le commerce avec les autres États de l’union? C'est la question intéressante que Martin Wolf, rédacteur en chef adjoint du Financial Times, pose dans son livre « Pourquoi la globalisation marche » (Why Globalization Works).