Mugabe

L'espoir pour le Zimbabwe

Temba Nolutshungu – Le 21 mai 2009. Presque tous les pays du monde ont connu la croissance économique cette dernière décennie, même si l’on prend en compte la récession actuelle. Les zimbabwéens ont cependant vu leur revenu décliner de plus des deux tiers, leur pays ayant connu la pire performance économique parmi les pays pour lesquels des données similaires sont disponibles. Mais ils peuvent toujours sauver leur pays, si on leur en donne la chance.

Le partage de pouvoir au Zimbabwe : un mirage africain

Marian Tupy - Le 17 février 2009. Morgan Tsvangirai, le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a enfin récupéré son dû en devenant Premier ministre du Zimbabwe le 11 février dernier. Durant une décennie, il a subi mauvais traitements, emprisonnement et torture entre les mains de l'État. Maintenant, il reçoit le cadeau empoisonné d'une économie effondrée et hérite de l'impossible tâche de gouverner aux côtés de son bourreau, Robert Mugabe, qui demeure président. Ce partage du pouvoir a été salué comme « une solution africaine à un problème africain ».

Pendant que le monde ignore le Zimbabwe…

Roger Bate, le 21 janvier 2009 - L’ambassadeur américain au Zimbabwe, James Mcghee a déclaré que le Zimbabwe est un « Etat failli ». Le cholera et la malnutrition sèment la mort aux quatre coins du pays alors qu’écoles et hôpitaux ont fermé Le taux de chômage tutoie les 90%, les prix doublent tous les jours et le troc a supplanté une monnaie sans valeur, le dollar zimbabwéen auquel on a retiré 13 zéros l’année dernière dans une vaine tentative de le rendre viable.

Kirsty Coventry : une « bonne blanche » ?

Rejoice Ngwenya le 19 août 2008 - Au moment où vous lisez ce billet d’humeur, le « Nid d’oiseau » pékinois aura sans doute été déserté, les canons des olympiades se seront tus et Kirsty Coventry, la nageuse zimbabwéenne blanche, sera revenue au bercail.

Zimbabwe : Des élections pour qui ?

Marian Tupy et David Coltart, le 18 mars 2008 -
Les élections législatives et présidentielles du 29 mars au Zimbabwe sont déjà truquées en faveur du dirigeant en place Robert Mugabe et de son parti, le Front Patriotique d’Union nationale et africaine au Zimbabwe, le ZANU-PF. Les perspectives électorales de ses deux opposants Morgan Tsvangirai (dirigeant du Mouvement pour le changement démocratique –MDC) et Simba Makoni, ancien ministre des Finances, ont fait couler beaucoup d’encre. Mais ni l’un ni l’autre n’ont de réelles chances de gagner.