Ressources

Eau : la privatisation est-elle vraiment une mauvaise solution ?

David Bonnardeaux – Le 16 mars 2009. La privatisation de l’eau est souvent dépeinte comme moralement répréhensible. Mais il faut sans doute regarder au-delà de l’idéologie et du sentimentalisme. Les pays pauvres, où le manque d’eau et d’infrastructures d’évacuation tue presque deux millions de personnes par an, ont en effet un besoin crucial d’alimentation en eau. Un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, alors que seulement 3% de l’eau mondiale est gérée de manière privée. Il semble donc que la campagne engagée contre la privatisation oublie de nombreuses défaillances publiques.

Prochaine crise : l'Afrique

Richard Rahn, le 26 novembre 2008 - La chute récente des prix du pétrole et d’autres matières premières rend à peu près certain le fait que des pays gros exportateurs et instables connaitront une crise dans les mois à venir. La question est dans quels pays est-elle susceptible d’émerger en premier ?

La "malédiction du pétrole" en Afrique

Hicham El Moussaoui, le 27 mai 2008 –
Deux nouveaux pays, le Ghana et le Mali, vont bientôt rejoindre le club des pays africains producteurs de pétrole. La manne financière attendue leur ouvre de nouveaux horizons pour transformer leurs économies et sortir leurs populations de la pauvreté. Toutefois, il convient d’être prudent à cet égard. En effet, si l’on en croit le rapport 2008 sur les performances des compagnies pétrolières et gazières, publié par Transparency International, 60% des personnes les plus pauvres vivent dans des pays riches en ressources, particulièrement ceux de l’Afrique. Ce paradoxe est qualifié de « malédiction pétrolière ». Comment l’expliquer ? Et comment y remédier ?

Crise alimentaire : Où sont les responsables ?

Emmanuel Martin, le 16 avril 2008-
La flambée des prix alimentaires qui a donné lieu à des « émeutes de la faim » constitue un véritable drame humain. Le prix mondial du blé a presque triplé en trois ans, doublé en un an, celui du riz a pu augmenter de plus de 50 % depuis janvier. Le coût d’un repas a été surenchéri de 40 % en un an dans les pays pauvres. Là où l’alimentation représente jusqu’à 75 % du budget d’un ménage, ces hausses de prix s’avèrent catastrophiques. Elles pourraient refaire passer des millions de gens sous le seuil de pauvreté et effacer des années d’efforts de développement. Quelles raisons peuvent expliquer cette situation ?

L'Algérie : aux sources des blocages

Le 1er décembre 2007. Nouh El Harmouzi revient sur les causes profondes des blocages en Algérie.

Lire l'étude "Algérie : Aux sources des blocages" en pdf.