Santé

Santé en Afrique : comment bénéficier de la révolution du Big Data ?

Le monde connaît une révolution des données grâce aux progrès de la technologie de l’information et la nécessité de mener des recherches qui répondent à des problèmes de développement complexes. Les pays africains connaissent également une révolution en ce qui concerne le volume, les types, les sources, la fréquence et la vitesse de production des données. Ceci est particulièrement vrai dans le secteur de la démographie et de la santé, puisque les informations dans ces deux domaines sont plus nombreuses que jamais.

Afrique du Sud : le gouvernement joue avec la santé des citoyens

la santé en danger en Afrique du Sud

Winston Churchill a dit un jour «Celui qui échoue à planifier, planifie d’échouer ». La planification n’est pas une garantie de succès. Preuve en est, le gouvernement sud-africain ne cesse d’élaborer des plans et des politiques visant à tout régler, de la South Africa Airways (SAA) à Eskom en passant par l'économie en difficulté et le résultat se fait attendre. Le plus incompréhensible est le déficit de capacités lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre ces plans.

Afrique du Sud : la réglementation menace la santé publique !

6 ans pour autoriser la mise sur le marché d’un médicament en Afrique du Sud

Cette dernière décennie, l’un des problèmes les plus frustrants affectant le secteur pharmaceutique de l’Afrique du Sud est la lenteur de l’instance de réglementation pharmaceutique à approuver les médicaments. Il lui faut parfois six ans alors même que les médicaments ont déjà été approuvés dans d’autres pays avancés. Ainsi, environ 16 000 médicaments sont en attente d'approbation de commercialisation. Non seulement ces retards impactent les coûts pour les fabricants de médicaments, mais ils surtout ils empêchent les patients d’avoir accès aux médicaments en temps voulu.

Afrique du Sud : acharnement contre secteur privé de la santé

Dans une réponse écrite à une question posée au Parlement, le ministre du Développement économique, Ebrahim Patel, a révélé que l'enquête sur le marché privé de la santé (HMI) avait coûté 197 millions de Rands aux contribuables. Rappelons qu’en 2014, la Commission de la concurrence a lancé l'enquête sur les soins de santé privés après que le ministre de la Santé ait émis l’ «hypothèse» selon laquelle les soins de santé privés sont trop chers. Le ministre a toujours soutenu que les deux conditions préalables à l'introduction de la NHI (assurance santé nationale), sur lesquelles il n'allait pas transiger étaient: «Refonder la qualité des soins dans le système de santé publique et réguler les prix des soins de santé dans le secteur privé».

Afrique du Sud : Comment lutter contre la pénurie de médecins ?

Le programme de coopération entre l’Afrique du Sud et Cuba, pour la formation des médecins a été un échec catastrophique. Pourtant le gouvernement sud-africain continue d'envoyer des étudiants en médecine à Cuba et de les placer ensuite dans des hôpitaux sud-africains. Il est peut-être temps de s’inspire du Brésil qui a dénoncé son programme de formation médicale avec Cuba.