Malou Innocent

Obama et l'échiquier afghan

Malou Innocent – Le 15 mai 2009. Le président américain Barack Obama a récemment rencontré les dirigeants du Pakistan et de l’Afghanistan pour discuter de leur engagement à combattre les terroristes dans la région. La couverture médiatique des discussions tripartites a généralement donné une appréciation favorable des efforts du président américain, même si les conditions dans la région ont été décrites, selon ses propres termes, de « conditions de plus en plus périlleuses ».

Obama : le défi pakistanais

Malou Innocent, le 24 février 2009 - Au cours de sa campagne présidentielle, Barack Obama s'est engagé à déployer plus de troupes en Afghanistan et prendre part à la lutte au Pakistan. Au cours du deuxième débat présidentiel, il a déclaré : « si Osama ben Laden est à portée de vue et que le gouvernement pakistanais est incapable ou refuse de le capturer, alors je pense que nous devons agir et le capturer. Nous tuerons Ben Laden, nous écraserons Al-Qaïda. Cela doit être notre priorité de sécurité nationale. »

L'héritage de Bush : la fin d'une erreur ?

Malou Innocent, le 2 février 2009 - Provoquant jusqu'à la fin, le président sortant Bush a récemment défendu le bilan de son mandat. « Les décisions que j’ai prise en tant que votre commandant en chef n’ont pas été toujours populaires », déclarait Bush à l’occasion d’une cérémonie au Fort Myer à Arlington.

Pakistan : le dilemme

Jagadeesh Gokhale et Malou Innocent - le 16 décembre 2008. Les dirigeants indiens suspectent que le gouvernement pakistanais ait joué un rôle direct dans les attaques terroristes de Bombay, dans lesquelles 200 personnes ont trouvé la mort et plusieurs centaines ont été blessées.

"Guerre contre la terreur" : Obama changera-t-il de cap ?

Malou Innocent, le 3 décembre 2008 - Le Président élu Barack Obama a affirmé son engagement à mettre un terme à la guerre en Irak et à re-concentrer l’attention des Etats-Unis sur l’Afghanistan. Pour mener à bien les deux tâches, Obama doit faire plus que fixer des délais ambitieux ou proposer des projets brumeux aux détails obscurs. Il doit respecter sa promesse de campagne, et ainsi changer fondamentalement l’orientation de l’establishment en charge de la politique extérieure américaine