Errachid Majidi

Élections communales au Maroc : un résultat surprise ?

Errachid Majidi - le 6 juillet 2009. Le 12 juin 2009 ont eu lieu au Maroc les élections communales. Un scrutin qui a été très suivi par la classe politique et par les observateurs tant les enjeux étaient de taille.

Iran : les raisons de la révolte

Errachid Majidi - Le 29 juin 2009. Les événements survenus en Iran après les élections présidentielles du 12 juin ont pris de court la plupart des capitales internationales et ont surpris les observateurs les plus avisés de la chose iranienne.

Petite leçon d’échec de réforme : le code de la route au Maroc

Errachid Majidi – Le 20 mai 2009. Pour la deuxième fois en moins de deux ans, l’examen du nouveau code de la route a été suspendu au parlement marocain face à un refus catégorique émanant des professionnels du transport. 10 jours de grève, de violents incidents et une quasi paralysie de l’activité économique ont entrainé le gel de l’application d’un projet ambitieux. Pourtant, ce nouveau code qui introduit le permis à points, l’alcotest et d’autres mesures répressives est nécessaire dans un pays tristement célèbre pour sa violence routière qui coûte la vie en moyenne à 10 personnes par jour (en 2008 le Maroc a connu quasiment le même nombre de morts que la France qui a un réseau routier bien plus long et une population plus importante). Or, si il y a un consensus autour de la gravité de la situation, comment peut-t-on expliquer l’incapacité du gouvernement à faire passer ce projet ? Et quelles sont les raisons qui ont contribué à cet échec ?

Le Botswana : une exception africaine

Errachid Majidi - Le 29 avril 2009. Au milieu du tableau sombre dressé par les médiocres résultats économiques et politiques des pays africains depuis leurs indépendances, le Botswana semble exceptionnellement sortir du lot. Ce pays de l’Afrique australe qui a les mêmes conditions géographiques et historiques, considérées comme des facteurs de blocage dans d’autres pays, a pu instaurer dès son indépendance un système politique démocratique et a connu une croissance économique stable. Dans ce cadre, il nous paraît légitime de poser deux questions

La Tunisie : entre le miracle économique et le mirage politique

Errachid Majidi – Le 31 mars 2009. Depuis une vingtaine d’années, la Tunisie semble suivre deux trajectoires d’évolution totalement distinctes. Sur le plan économique, elle a adopté une stratégie d’ouverture et a su instaurer un cadre institutionnel favorisant l’initiative privée et respectant globalement les droits de propriété, réalisant ainsi des performances économiques incontestables (environ 5% de taux de croissance moyen durant cette période). En revanche, sur le plan politique les espoirs d’une démocratisation semblent s’éloigner avec la consolidation d’un régime de plus en plus autoritaire. Voilà donc une situation où la croissance économique coexiste avec un régime autoritaire.