Le FMI, grand gagnant de la crise