L’illusion de la « putsch-thérapie » en Afrique