Afrique : quand l’État tente d’asphyxier les réseaux sociaux