Burkina Faso : Le piège de la consommation patriotique