Afrique : Développer le capital intellectuel ou périr