Congo Brazzaville : le paradoxe du crédit bancaire