Le grand perdant des Jeux Olympiques : le contribuable britannique