Derniers billets

Côte d’Ivoire : faut-il craindre la réforme hospitalière ?

Le gouvernement ivoirien a adopté, le 13 mars dernier, un avant-projet de loi portant réforme hospitalière transformant les hôpitaux généraux en Établissements Publics Hospitaliers (EPH), pour une gestion administrative et financière plus autonome des structures de santé. Cependant, cette réforme suscite des craintes et des contestations dénonçant une volonté de  privatiser le secteur de la santé publique considéré comme régalien. Face au tollé, le ministère de la santé a dû rassurer qu’il ne soit nullement question de privatisation des structures de santé publique. Mais, faut-il avoir peur d’ouvrir les Établissements Publics Hospitaliers (EPH) à l'investissement privé?

Égypte : Faut-il sacrifier la démocratie au nom de la stabilité ?

Le 14 février 2019, 486 députés égyptiens sur 596 ont donné leur accord pour le projet d’amendement de la Constitution de 2014 actuellement en vigueur. Parmi les amendements proposés : faire passer la durée du mandat présidentiel de quatre à six années, renouvelable une fois. Ceci permet au Président Abdel Fattah Al-Sissi de rester au pouvoir jusqu’en 2034 et d’étendre les pouvoirs présidentiels. Cette réforme est justifiée par le souci de stabiliser le pays, mais qu’en est-il vraiment ?

Les marchés libres pour désamorcer la « bombe démographique » ?

Il est actuellement difficile d’échapper au débat national sur « la durabilité ». Quelles mesures doivent être prises pour préserver les ressources et le patrimoine naturel de nos enfants. Il semblerait que pour cela il soit essentiel de prévenir la «surconsommation» des ressources actuelles. Ce qui semble impossible avec l’explosion démographique constante entrainant une croissance de la consommation des ressources rares sur la planète.

Cameroun : comment atteindre une forte croissance d’ici 2027?

cameroun quelle voie pour une croissance soutenue

Les autorités camerounaises ont adopté, depuis 2009, une vision de développement à long terme pour faire du pays « un pays émergent démocratique et uni dans sa diversité à l’horizon 2035 ». Divisée en 3 parties, la Vision 2035, inscrite dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi, sert de boussole dans la mise en application des politiques publiques.

La monnaie mobile en Côte d’Ivoire: un secteur freiné par l’État

En application de l’annexe fiscale à la loi n°2018-984 du 28 décembre 2018 portant budget de l’Etat pour l’année 2019, le gouvernement ivoirien a décidé d’augmenter de 7,2 % la taxation des transactions monétaires via la téléphonie mobile. Cette hausse comprend: la taxe des télécommunications (5% du chiffre d’affaires hors taxe), la taxe sur le développement des NTIC (2%) et la taxe sur le soutien à la création artistique (0,2%). Même si les entreprises de monnaie mobile subissent déjà des taxes spécifiques aux sociétés de téléphonie mobile, la Direction Générale des Impôts les justifient par le fait que le transfert d’argent requiert toujours le téléphone mobile, sans oublier que cela contribue à renflouer les caisses de l’Etat censé en faire un bon usage. Qu’en est-il réellement ?