Derniers billets

L’africapitalisme : l’avenir de l’Afrique

Les Africains se sont depuis longtemps engagés dans un système capitaliste, cependant, le type de capitalisme introduit par les colons n'a pas toujours été contextualisé. La solution est-elle l'africapitalisme ?[1] Qu’est-ce exactement ? C’est une philosophie économique qui traduit l’implication du secteur privé dans la transformation économique de l’Afrique par le biais d’investissements générateurs de prospérité économique et de richesse sociale.

Comment déraciner la pauvreté en Afrique ?

En mars 1957, Kwame Nkrumah proclama l'indépendance de la Gold Coast britannique et changea son nom en Ghana. Nkrumah avait un profil particulier, formé dans les universités britanniques et américaines, il était convaincu de deux choses : la première était que seule l'indépendance permettrait aux peuples africains de surmonter leur retard séculaire ; la seconde était que pour y parvenir, la voie idéale à suivre était une sorte de socialisme africain qu'il appelait le consciencisme.

Côte d’Ivoire : Et si l’on dénationalisait l’enseignement ?

L’actualité scolaire en Côte d’Ivoire est marquée par la question des frais d’inscription. La Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a dénoncé les frais annexes d’inscription (5.000 à 200.000 francs CFA)  dépassant les frais officiels fixés à 6.000. Au lycée moderne d’Anyama, le  Comité de Gestion des Etablissements (COGES) s’est opposé au proviseur qui voulait détourner les 40 millions générés par les frais annexes. Comment cesser ce scandale et améliorer ainsi la  gouvernance des établissements scolaires?

Côte d’Ivoire : Faut-il punir les fraudeurs à l’électricité ?

La fraude à l’électricité est devenue un phénomène endémique en Côte d’Ivoire. Elle touche tous les groupes socio-professionnels, du citoyen lambda aux industriels et personnalités publiques. Selon les statistiques officielles, ce phénomène a fait perdre plus de 40 milliards de FCFA à l’Etat ivoirien. Pour y faire face, le gouvernement a lancé une vaste campagne de répression qui a abouti à l’arrestation de centaines de personnes. Si le gouvernement s’en est réjoui, peut-il croire qu’elle soit la solution idoine pour juguler ce fléau? Pas sûr, et ce pour plusieurs raisons.

La solution radicale pour l’Afrique : le capitalisme

On a essayé le collectivisme, sous toutes ses formes, malheureusement cela a échoué dans le monde entier. Cela ne pourrait jamais fonctionner même si l’on changeait les personnes responsables de sa mise en œuvre. C'est un système défaillant, à la fois conceptuellement et moralement et qui en plus cause trop de morts.  Pourtant, l’Afrique du Sud semble attiré par cette voie. La croyance en la redistribution de la richesse et le choix récent de l’expropriation sans indemnisation, sont quelques indices qui témoignent d’une volonté d’étendre le pouvoir de l’État au détriment de l’individu. Il est urgent pour l'Afrique du Sud de retrouver la voie du capitalisme.