Derniers billets

Des solutions innovantes pour réduire le chômage en Afrique !

Charlie Wandji est un jeune entrepreneur camerounais. Il est actuellement cofondateur d'une société appelée “Solutionneurs”, et fondateur de la plate-forme leader en outsourcing en Afrique. Son objectif est de réduire le taux de chômage en Afrique en connectant les demandes de micro-tâches avec l’offre de jeunes freelancer au Cameroun et à travers le continent via sa plateforme www.1task1job.com.

Togo : A quand le retour de la liberté de presse ?

Au Togo, la chaîne de télévision LCF et la radio City FM, deux organes de presse privée appartenant au groupe Sud Média, ont été fermés depuis le 7 février 2017 par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Officiellement, les autorités  évoquent une existence illégale. Des accusations rejetées par Sud Média qui exhibe des documents et des correspondances avec la HAAC. Ces fermetures d’organes de presse sont-elles légales ? Ces actes attentatoires à la liberté d’expression et la diversité du paysage médiatique togolais ne sont-ils pas annonciateurs d’un danger potentiel pour le peuple togolais ?

Cameroun : La rareté des semences plombe la productivité agricole !

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER), Henri Eyébé Ayissi, a procédé le 10 mars 2017 au lancement officiel de la campagne agricole 2017 au Cameroun. L’objectif du gouvernement est de booster la production agricole. Or, la place accordée aux intrants (engrais, plants, semences améliorées, etc.) est négligeable. En agronomie, la semence est l’intrant le plus important, car d’elle dépend la productivité des exploitations et la compétitivité du secteur. Comment expliquer le déficit des semences au Cameroun ?

Maurice : pour une croissance de qualité !

Avec une croissance du PIB réel d'environ 3,8%, l'économie mauricienne continue de croître à un taux élevé par rapport au reste du monde. C'est sans doute l'économie la plus performante d’Afrique. Cependant, les chiffres masquent un peu la réalité de terrain. On évoque en effet le taux annuel de croissance du PIB mais pas la qualité de cette croissance. Par exemple, à court terme, un PIB peut être amélioré par des dépenses publiques mais le coût se répercutera inéluctablement sur les impôts futurs. Peut-on qualifier cette croissance de solide ?

Nigéria : Le protectionnisme plombe l’économie

Au début de cette année, la plupart des Nigérians étaient optimistes et espéraient que le soi-disant «Budget de Changement» de l'administration Buhari allait apporter des modifications positives substantielles au Nigéria. Malheureusement, le pays connaît actuellement une croissance négative (récession économique), un affaiblissement de la monnaie et une hyperinflation qui  se sont traduits par de fortes hausses de prix. Les tarifs de nombreux produits de base ont doublé depuis 2015. Selon le Bureau national des statistiques (NBS), le taux de chômage du pays est passé de 13,3%, au 2e trimestre, à 13,9%  au 3e trimestre de 2016.