Zimbabwe : la nécessité d'une réforme monétaire drastique

Version imprimableVersion imprimable

Le 25 juin 2008 - La crise économique au Zimbabwe ne peut être résolue que si l’hyperinflation est endiguée. Une nouvelle étude du Cato Institute effectuée par Steve Hanke, économiste spécialiste en banque et finance, soutient que la seule manière pour stopper cette inflation est de remplacer le système de banque centrale – la banque centrale du Zimbabwe – par un nouveau système monétaire.

Le professeur Hanke écrit dans son étude intitulée « Zimbabwe : de l’hyperinflation à la croissance » que « L’hyperinflation au Zimbabwe détruit l’économie, poussant de plus en plus de ses habitants dans la pauvreté et forçant des millions de Zimbabwéens à émigrer. La source de l’hyperinflation du Zimbabwe est la machine monétaire que constitue la Banque Centrale du Zimbabwe. Une des trois options - l’utilisation d’une monnaie étrangère, l’adoption d’un conseil monétaire, ou le système de banque libre - pourrait rapidement réduire le taux d’inflation et restaurer la stabilité et la croissance de l’économie zimbabwéenne ».

Steve Hanke explique que quel que soit le résultat de la lutte actuelle pour le pouvoir au Zimbabwe, la manière la plus rapide pour obtenir le redressement de l’économie est d’abolir la Banque Centrale du Zimbabwe, qui a été utilisée pour imprimer de la monnaie au bon vouloir du gouvernement et de fournir des emplois aux partisans du gouvernement en place. La dissolution de la Banque Centrale du Zimbabwe est nécessaire pour restaurer la stabilité de l’économie zimbabwéenne – une condition vitale pour le retour de la croissance économique.

Cette analyse à été corroborée par Le consultant économiste zimbabwéen Rejoice Ngwenya du Committee for Market and Liberal Solutions et contributeur au projet AfricanLiberty.org qui a déclaré : « La Banque Centrale du Zimbabwe nous conduit à la banqueroute. Aucune économie ne peut soutenir une hyperinflation de près de 2,5 millions de pourcent par an. La Banque Centrale du Zimbabwe doit être abolie. »

Pour Franklin Cudjoe, rédacteur en chef d’Africanliberty.org au Ghana, « se débarrasser de la Banque Centrale du Zimbabwe n’est pas une solution aussi radicale que ce qu’il peut paraître. En Afrique nous avons d’autres options que le système de banque centrale, et nous devons les utiliser lorsque ce dernier échoue. Avant le système de banque centrale, le Zimbabwe a eu une expérience monétaire riche, durant laquelle un système de banque libre et un conseil monétaire ont donné de bons résultats et dans le quel les devises étrangères circulaient sans problème. Il est temps que le Zimbabwe adopte à nouveau un de ces systèmes monétaires ayant fait ses preuves. »

L’étude du professeur Hanke fournit un examen sérieux à l’hyperinflation zimbabwéenne et offre un guide par étapes pour une transition du système monétaire actuel vers un nouveau système.

Steve Hanke est professeur d’économie appliquée à l’Université John Hopkins à Baltimore et éditorialiste dans Forbes magazine. Il a joué un rôle important dans les réformes monétaires en Argentine, en Estonie, en Lithuanie, en Bulgarie, en Bosnie, au Monténégro et en Equateur. En 1998 il avait été classé parmi les vingt cinq personnalités les plus influentes de la planète par World Trade Magazine.