La liberté d’expression de plus en plus menacée en Ouganda

Version imprimableVersion imprimable

Le 28 avril 2008 -
Samedi 26 avril, le journaliste Andrew Mwenda et deux collègues, Odobo Bichachi et John Njorog, ont été arrêtés par les forces spéciales ougandaises au motif de détention de documents au contenu séditieux. Andrew Mwenda a été nommé « Jeune Leader Mondial » au Forum Economique Mondial de Davos en février dernier. Il est par ailleurs membre du comité de nommination du Prix Milton Friedman pour la Promotion de la Liberté 2008 qui a décerné son prix le 24 avril.

Andrew Mwenda a été emprisonné puis relâché hier sous liberté surveillée. Il est responsable éditorial au journal The Independent, une publication assez critique des autorités et qui avait déjà eu des problèmes avec celles-ci en automne dernier lors de son lancement. Selon Reuters, Bob Kasango, le représentant juridique de la publication a déclaré : « Nous pensons que le gouvernement n’est pas content d’une histoire que The Independent a publié récemment ». Andrew Mwenda a travaillé à un ouvrage avec le professeur Roger Tangri sur la corruption des élites et la politique en Ouganda. Les membres d’Africaclub ont soutenu Andrew Mwenda et Tom Palmer, directeur du Centre pour la Promotion des Droits de l’Homme au Cato Institute à Washington DC, avait lancé un appel à l’ambassadeur d’Ouganda aux Etats-Unis.