Côte d’Ivoire : Fallait-il renflouer une banque publique en faillite?

Version imprimableVersion imprimable
Côte d’Ivoire : Fallait-il renflouer une banque publique en faillite?

Après les révélations de la commission bancaire de l’UEMOA sur les insuffisances du plan de la gestion de la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne (CNCE), cette banque a été mise sousadministration provisoire depuis juin 2015. Vu la persistance des difficultés, le gouvernement ivoirien a décidé, lors du conseil des ministres du 16 mars 2016, d’injecter des fonds publics supplémentaires à hauteur de 35 milliards de FCFA en vue de permettre la continuité de l’exploitation de la CNCE. Le gouvernement justifie cette mesure par le fait que cette banque a le plus vaste réseau bancaire en Côte d’Ivoire avec plus de 130 agences, avec près de 22% de l’ensemble des comptes ouverts en Côte d’Ivoire. Le renflouage était-i la bonne décision à prendre?

La situation actuelle de la CNCE est le résultat d’un cumul de plusieurs dérives dans sa gestion pendant des années. D’abord, les nominations des dirigeants proches des politiques sont l’une des causes principales des difficultés de cette banque. Les nominations à la tête de la CNCE étaient et sont toujours liées au cycle politique. Lorsqu’un nouveau régime arrive au pouvoir, il nomme l’un des siens à la tête de la banque. A titre d’exemple, l’ancien directeur général de la CNCE était le coordonnateur du groupement politique au pouvoir à Bondoukou. Par conséquent, les employés et les dirigeants n’agissent pas en fonction de la logique d’efficacité, mais en fonction des injonctions des bureaucrates et des politiques.D’ailleurs, une mission d’audit a révélé que des sorties de fonds répétitives et abusives ont été effectuées sans pièces justificatives (des opérations hors caisses). Ensuite, des crédits ont été octroyés sans de véritables garanties et ils n’ont jamais été recouvrés. En 2013, le syndicat des agents de la banque avait accusé l’ancien directeur général d’avoir détourné près de 606 583 345 FCFA. En outre, il est important de rappeler que c’est l’ancienne Caisse d'épargne et des chèques postaux(CECP) qui est devenue la CNCE. L’absence d’une véritable tradition et une culture bancaires sont pour quelque chose dans les déboires de la CNCE. Enfin,l’absence d’incitation et de discipline ne pousse pas les employés à donner le meilleur d’eux-mêmes. La faiblesse de l’incitation due au caractère public de la banque fait des employés des fonctionnaires qui, quelle que soit la performance de leur entreprise, sont assurés de garder leurs emplois et leurs salaires. Ils n’ont donc aucun intérêt à améliorer leurs prestations. En un mot, la mal-gouvernance et le manque de professionnalisme ont conduit à l’insolvabilité de la banque.

Face à toutes ces dérives, et après avoir mis la banque sous administration provisoire, le gouvernement a décidé quand même d’injecter de l’argent des contribuables dans cette banque publique. Bien que cette mesure permette momentanément d’éviter des troubles sociaux et une panique dans le système bancaire, en  reportant les échéances, elle pourrait néanmoins avoir des effets pervers qui feront que la chute n’en sera que plus dure. D’abord, cette injection de fonds pourrait envoyer un mauvais signal aux dirigeants des autres entreprises publiques. Elle pourrait être perçue comme une prime à la médiocrité et à l’irresponsabilité. D’un côté, les dirigeants des entreprises publiques ne feront pas d’effort pour être efficaces car l’Etat viendra à leur secours en cas de difficulté. Ces entreprises deviendront un fardeau financier de plus en plus lourd à porter pour l’Etat s’il continue à venir en aide à des canards boiteux en difficultés chroniques, ce qui va contribuer à creuser le déficit public. De l’autre côté, en l’absence de responsabilisation, l’entreprise n’a plus de boussole, elle perd le nord comme ce fut le cas lors de la crise des subprimes aux USA (privatisation des bénéfices, mutualisation des pertes).

Par ailleurs, si ces banques publiques défaillantes continuent leurs activités avec les mêmes modes de gestion, elles pourraient être à l’origine d’un risque systémique pour le secteur bancaire ivoirien. Etant donné que les banques publiques entretiennent des relations (emprunt ou prêt) avec les autres banques privées, leur mauvaise gestion pourrait rejaillir sur l’ensemble du système bancaire si elles sont incapables d’honorer leurs engagements à l’égard des autres banques privées.

Au demeurant, la décision du gouvernement d’injecter les ressources publiques dans cette banque doit être la première étape vers une nouvelle gestion de la CNCE. A court terme, cette décision donne l’illusion d’être salutaire car elle permet d’éviter des troubles sociaux et le risque systémique qu’aurait engendré une faillite générale de ces banques publiques. Mais à moyen et à long terme, cette solution n’est pas viable car elle ne fait que reporter l’échéance et les conséquences de la chute seront encore plus graves à la fin. Si on s’en tient seulement à une injection de fonds publics, on ne fera que reproduire les mêmes erreurs et enfoncer davantage la CNCE.La principale cause des problèmes de la CNCE est un manque de rigueur dans la gestion.

Ainsi, la solution viable passe par l’ouverture à la fois des banques publiques au capital privé, et du marché à la concurrence. L’entrée de partenaires privés dans le capital des banques permet, d’une part, d’opérer une séparation entre la fonction de Directeur Général de celle de président du conseil d’administration dans le but de renforcer le contrôle interne des banques, et d’autre part, de rationaliser la gestion en favorisant l’émergence d’administrateurs professionnels, nommés à ce poste en fonction de leurs compétences, et non plus selon des considérations politiques.

L’introduction des méthodes de gestion du privé dans la gestion de cette banque pourrait améliorer les choses en résolvant les problèmes de transparence, d’incitation et de responsabilité  et parvenir à une plus grande efficacité et rentabilité. La privatisation ne doit pas être comprise comme un simple changement de propriétaire ou une opportunité pour offrir des marchés à ses amis, mais elle doit être l’occasion d’un vrai changement de mode de gouvernance en changeant les règles du jeu (cadre juridique, évaluation des performances, concurrence, etc.).

KRAMO Germain, chercheur au CIRES – Côte d’Ivoire - Le 8 avril 2016