Sécurité

Force G5 Sahel : Aux sources de l’inertie

Inertie du G5

Attaques au Tchad, au Niger, au Mali et au Burkina Faso… Rien qu’en mai 2019, la quasi-totalité des pays du G5 Sahel ont été la cible des terroristes. Une recrudescence des activités terroristes plus inquiétante qui appelle une réponse urgente et forte. La Force G5 du sahel, la réponse commune estimée « capable » de réduire la force de nuisance des mouvements terroristes sur le terrain, tarde et éprouve des difficultés quant à son déploiement effectif sur le terrain. Quels sont donc les obstacles à cette opération ?

Afrique du Sud : la gestion publique arbitraire de la sécurité privée

sécurité privée en afrique du sud

Selon la Cour constitutionnelle, le service public de police étant souvent défaillant, le secteur de la sécurité privée est une alternative nécessaire dans la lutte contre la criminalité en Afrique du Sud. Ainsi, par la force des choses, le secteur privé doit se substituer aux services de l’État et remplir des fonctions qui relevaient jadis du domaine exclusif de la police.

Comment gérer le retour des combattants marocains de Daech ?

Essuyant de plus en plus de défaites, l’Etat Islamique (E.I) subit un déclin rendant plausible l’hypothèse de son effondrement. D’où la question épineuse sur le sort de ses combattants, dont l’exode vers leurs pays d’origine constitue une véritable menace sécuritaire. Estimés à pas moins de 1.600 djihasidtes marocains ayant rejoint les rangs de l’E.I, la perspective de leur retour divise l’opinion publique : faut-il les accueillir ou les refouler ?

Côte d’Ivoire : comment bâtir une armée républicaine ?

Depuis les années 1990, l’armée ivoirienne est au cœur de toutes les heures funestes que le pays a connues : le coup d’Etat militaire du 24 décembre 1999 renversant le Président Henri Konan BEDIE au profit du Général  Robert GUEÏ ; le refus de ce dernier de reconnaitre sa défaite face à Laurent Gbagbo à la présidentielle d’octobre 2000, suivi du charnier de Yopougon ; la rébellion armée du 19 septembre 2002 contre le Président Laurent Gbagbo qui a conduit à la partition du pays pendant cinq ans ; la répression de la marche du Rassemblement des  Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix  en mars 2004 ;

Casques bleus : protecteurs ou prédateurs ?

Depuis les années 1990, les allégations d’abus sexuels contre les casques bleus sont en hausse notamment au Cambodge, Bosnie-Herzégovine, Haïti, Liban, RDC, RCA et Libéria, avec toutefois une concentration aigüe en Afrique. En 2016, par exemple, la MINUSCA et la MONUSCO, respectivement missions de maintien de la paix déployées en RCA et RDC, représentaient plus de la moitié des cas recensés dans le rapport du secrétaire général (soit 38 des 69 allégations). L’ONU tentera tant bien que mal d’instaurer un climat de discipline rigoureuse, pourtant ce phénomène – loin de faiblir – gagnera en ampleur. Comment sortir de l’impasse ?