Interventionnisme

Côte d’Ivoire : comment juguler la crise de l’anacarde ?

Il faut libérer la filière de l'anacarde pour aider son essor

Baisse drastique des prix, difficultés pour exporter les productions, tel est l’état actuel de la filière de l’anacarde en Côte d’Ivoire. Entre grogne des producteurs et grève des acheteurs, des voix s’élèvent pour solliciter l’intervention urgente de l’Etat, sous prétexte de contrer une mauvaise conjoncture (notamment dans l’augmentation du prix bord champ de l’anacarde). Et si le problème était plutôt structurel ? Et si l’Etat souhaité comme le porteur de solution, était à la base une partie du problème ?

L’Afrique du Sud victime de l’interventionnisme de l’Etat

L'abolition de l'apartheid avait en son temps permis une progression de la liberté économique en Afrique du Sud en propulsant le pays à la 42e place dans le classement mondial. Après 30 ans de régression, à hauteur de 1% en moyenne au cours de trois dernières décennies, l’économie avait enfin repris sa croissance. Cette reprise était liée à l'abrogation des lois discriminatoires, à l’octroi de libertés civiles, et surtout à l’amélioration de la liberté économique. Malheureusement, aujourd’hui, alors que  globalement l’index liberté économique progresse dans le monde, l'Afrique du Sud vient de reculer dans le classement de liberté économique et 33,8% de la main-d'œuvre potentielle est désormais au chômage.

L’économie planifiée ne peut pas faire de miracles

Peu de temps après la chute du mur de Berlin, un groupe de fonctionnaires soviétiques a été envoyé en mission au marché des produits frais à Londres pour observer le fonctionnement d'un marché libre. Ils ont alors été surpris par l'efficacité des opérations. En effet, les marchandises sont livrées à temps, l'argent change facilement de mains, et après s’être remercié les uns des autres, à la fois les clients et les vendeurs se quittent avec des sourires sur leurs visages. Sidérés que tout cela fonctionne sans autorité centrale, l'un des responsables soviétiques s’écria: « Mais sont les invendus»?