Genre

Île Maurice : pourquoi les femmes sont-elles politiquement sous-représentées ?

Maurice est une île célèbre pour ses belles plages et pour sa success story. Depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1968, elle a connu d'énormes progrès économiques, a consolidé sa démocratie et maintenu sa stabilité politique. Maurice a tenu 11 élections générales depuis l'indépendance. Mais les plus récentes ont mis en évidence un grave échec politique: la faible représentation des femmes. En effet, alors que Maurice a excellé dans la plupart des indicateurs démocratiques, le pays est lent à améliorer l'égalité des sexes en politique.

Kenya : stop à l’acceptation des violences faites aux femmes !

Violence faite aux femmes au Kenya

L’Afrique subsaharienne présente l’un des taux de violence domestique les plus élevés au monde. Au Kenya, plus de 47% des femmes sont victimes de violences physiques et sexuelles. Ce taux est supérieur à la moyenne mondiale. 25% des femmes dans le monde sont victimes de violence avec leur partenaire intime au moins une fois dans leur vie. Au Kenya, cependant, la violence domestique à l'égard des femmes augmente à un rythme alarmant.

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Les femmes ne sont jamais assez représentées lors des négociations de paix, alors même qu'elles constituent la moitié de la population de tout pays en conflit ou en guerre. Et pourtant, elles sont particulièrement touchées par les conflits. Il faudrait donc les inclure dans les processus de paix et de sécurité.

RDC : Comment arriver à bout des violences sexuelles

La violence sexuelle et sexiste est un problème énorme dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Au niveau international, l'accent a été mis sur le viol par des acteurs armés, plutôt que sur la violence sexuelle et sexiste au sens large. En conséquence, les initiatives se sont concentrées sur la lutte contre l’impunité des auteurs et l’aide médicale, juridique, psychosociale et économique aux survivants. Mais ces dernières années, les organisations ont inclus des programmes et des interventions qui défient les normes sociales supposées contribuer à la violence sexiste.

Maroc : Les femmes « Soulaliyates » exclues des terres collectives !

Estimées à 15 millions d’hectares (soit 35% environ des terres au Maroc),[1] les terres collectives représentent un enjeu économique de taille. Pourtant, dans un pays sensé être un État de droit, l’accès à la propriété de ces terres demeure encore « genré », dans la mesure où la gente féminine – désignée par femmes Soulaliyates – subissent l’injustice d’en être exclues, une exclusion qui en dit long sur le manque de parité entre les deux sexes au Maroc. Pourquoi cette aberration perdure-t-elle encore ?