Financement

Afrique : comprendre la longévité de la tontine

Qu’il s’agisse de Susu (Ghana, Togo), Chilemba (Kenya, Zambie, Zimbabwe, etc.), Esussu (Nigéria, Libéria), les variantes d’appellations du système de tontine en Afrique sont diverses et variées.  Il s’agit toujours d’un système d'épargne-crédit informel axé sur la communauté qui est antérieur au système bancaire moderne. Il est commun chez toutes les catégories de personnes : des commerçants, des étudiants, etc. Autrement dit, il s’agit d’un groupe d'intérêt commun avec la finance en son centre.

Les 3 voies de l’industrialisation en Afrique

Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale (BM), a récemment reconnu que son organisation n’avait pas donné les meilleurs conseils aux gouvernements africains pour les conduire sur la voie de l'industrialisation. En se focalisant sur le financement des seules constructions d’infrastructures dures telles que les routes, les rails et l'énergie, l'Afrique n’a pas réussi à s'industrialiser. Des critiques étaient pourtant adressées depuis des années à la BM mais elle faisait la sourde oreille. Après cette prise de conscience salvatrice, la Banque doit revoir son action en tenant compte d’au moins trois éléments.

Afrique : Mauvaise allocation des ressources, droits de propriété et accès au financement

Un certain nombre d'études récentes affirment que la mauvaise allocation des ressources par les entreprises est une des principales causes du sous-développement. La théorie standard implique que si les marchés financiers fonctionnent bien, chaque entreprise devrait égaliser la "productivité marginale du capital" (la production supplémentaire résultant de l’utilisation d’une unité supplémentaire de capital) au taux d'intérêt du marché.