Enseignement

Pourquoi couper l’Afrique du e-learning ?

Lorsque l’on analyse les défis liés à l'apprentissage en ligne, on a tendance à se focaliser sur la question d'accès : difficulté d'accès aux ressources financières pour acquérir des équipements ; difficultés d’accès géographique, puisque certaines régions sont trop enclavées et sous-équipées pour être correctement connectées au réseau Internet ou même au réseau électrique, qui sont nécessaires à l’instauration de systèmes d'apprentissage en ligne. Mais ce ne sont pourtant pas les seuls problèmes à prendre en compte !

Afrique du Sud : Réduire le chômage en libérant l’enseignement !

Neuf millions de personnes sont sans emploi en Afrique du Sud. Il y a de nombreuses causes à cela, mais la plus importante est liée aux conséquences dévastatrices d'un système scolaire mal structuré et mal géré. Les programmes d'apprentissage sont inefficaces et conduisent de nombreux jeunes à l’échec. Au lieu d’en être des bénéficiaires, ils en deviennent les «victimes».

Gratuité de l’enseignement public au Maroc : un faux débat

Après avoir enclenché un tollé populaire, le Conseil National de l’Education et de la Formation semble faire un pas en arrière en renonçant à sa décision de mettre fin à la gratuité des lycées et universités publics. Cette décision, qui a été validée il y a à peine deux semaines, était présentée par le conseil comme étant une nécessité pour financer la réforme du système éducatif telle que formulée dans la vision 2015-2030 de l’éducation nationale. Un système dont la réforme a été stérile jusque . Mais la gratuité de l’enseignement au Maroc n’est-elle pas un faux débat ?

Gratuité de l’enseignement supérieur en Afrique: un mythe ?

L'enseignement supérieur gratuit est un mythe, même dans les pays riches, comme l'Allemagne, la Finlande, la Norvège ou encore la Suède, qui insistent sur le fait que leurs systèmes d'enseignement supérieur sont «gratuits». En fait, l'enseignement supérieur dans ces pays est principalement financé par les contribuables. Ils peuvent se le permettre. Ce sont des société riches qui sont socialement et économiquement équitables.

Cameroun : Pour un enseignement primaire non coercitif

Le 20 août 2015, le gouvernement du Cameroun a fermé plus de 250 écoles primaires dites clandestines. Cette décision gouvernementale comprenait également la fermeture de certaines institutions religieuses musulmanes qui, d’après le gouvernement, opéraient sans autorisation. Selon un rapport publié par Africa 24 , diffusé à la télévision le 23 août 2015, ces mesures sont mises en place parce que le gouvernement du Cameroun ne peut pas permettre aux institutions non autorisées de l'enseignement primaire de continuer à fonctionner, d'autant que certains responsables du gouvernement affirment que les enseignants ne sont pas bien formés pour former correctement les enfants. D'autres analystes ajoutent que suite aux attaques par la secte islamiste, Boko Haram, ces établissements pourraient être la cible d’attentats à la bombe et donc cela constituerait un grand risque.