Monde

Oxfam : au service des pauvres?

Oxfam, une riche organisation caritative basée à Londres, peut être qualifiée de grande hypocrite, d’autant que, sous des allures de bon samaritain, elle prône des politiques nuisibles pour les pauvres. Chaque année, juste avant le forum de Davos, Oxfam publie un rapport sur «l'inégalité» dans le monde. C'est un non-sens. Oxfam sensée lutter contre la faim, attaque le capitalisme, qui justement permet avec succès de réduire la pauvreté ; et soutient le socialisme, qui engendre la famine. Un porte-parole d'Oxfam en Afrique du Sud est allé même jusqu’à déclarer que le capitalisme était un « crime contre l'humanité ».

Le secret inspirant de la Chine pour sortir de la pauvreté

Au cours des trois dernières décennies, les Chinois ont connu une amélioration absolument sans précédent de leur niveau de vie. La pauvreté - et nous parlons de la grande pauvreté - est passée d'environ 60% à moins de 5%. Les forêts de gratte-ciel ont pullulé presque du jour au lendemain. La Chine regorge de véhicules électriques, de batteries au lithium et de panneaux solaires, le tout produit localement. Les achats via commerce électronique sont livrés le jour même.

Quatre bonnes raisons de rompre avec le protectionnisme

Le mercantilisme connait un frein important avec l'émergence du protectionnisme. Les socialistes ont certes toujours eu des penchants protectionnistes mais ce qui caractérise le protectionnisme du 21ème siècle, ce c’est une forte propagande contre le libre-échange. Cet article examinera les mythes les plus populaires. Mais tout d'abord, commençons par rétablir une vérité incontestable.

Aide au développement ou néocolonialisme ?

La solution à la pauvreté mondiale est plus simple que vous ne le pensez, à condition d’adopter une nouvelle stratégie philanthropique de manière à changer notre vision de nous mêmes et de ceux que nous espérons aider.

Une liberté économique salvatrice : l’enseignement de Xiaoping et Mandela.

Si l’on souhaite faire avancer la liberté individuelle en poursuivant de hauts objectifs socio-économiques, avec pour finalité la prospérité, le marché libre est la meilleure voie. Dans sa sagesse, Mahatma Gandhi (1869-1948) déclarait: « Je perçois une augmentation du pouvoir de l'État avec la plus grande peur, car même en minimisant l'exploitation dans les apparences, il inflige le plus grand mal à l'humanité en détruisant l'individualité qui est à la base de tout progrès».