Algérie

Aux sources des émeutes en Algérie

Hicham El Moussaoui – Le 28 octobre 2009. Depuis quelques temps en Algérie, il ne se passe pas une semaine sans que l’on n’assiste à l’organisation de manifestation ou à l’éclatement d’une émeute. Le dernier en date est le soulèvement des habitants des quartiers de Diar Echems (un bidonville au cœur d’Alger) à cause d’un problème d’attribution de logements. Comment expliquer la récurrence des protestations musclées en Algérie?

EMAAR : pourquoi un retrait d’Algérie ?

Hicham El Moussaoui - Le 29 juillet 2009. Après avoir défrayé la chronique locale durant plusieurs années, par des montants d’investissements faramineux, le géant émirati de l’immobilier EMAAR Properties a finalement dissout, le 4 juillet dernier, sa filiale algérienne chargée du suivi des investissements du groupe dans le pays. Si ce retrait était prévisible depuis un certain temps, les raisons ne sont pas pour autant claires

Algérie : résoudre la dépendance aux importations de médicaments par le protectionnisme ?

Hicham El Moussaoui le 21 novembre 2008 - Fin octobre dernier, le gouvernement algérien a pris la décision d’interdire l’introduction en Algérie de 1000 produits pharmaceutiques fabriqués localement. Selon le gouvernement, cette décision trouve son origine, d’une part dans la croissance de la facture des importations (1,4 milliard de dollars en 2007 et près de 1,3 milliard de dollars pour les 9 premiers mois de 2008), et d’autre part, dans la décroissance de l’industrie locale qui ne tourne actuellement qu’à 20% de ses capacités.

Algérie : un virage risqué

Emmanuel Martin et Youcef Maouchi, le 25 septembre 2008 - Le 26 juillet dernier le Président Abdelaziz Bouteflika expliquait devant des élus locaux qu’il avait fait des choix économiques, selon lui, erronés par le passé. Alors que des réformes ont été entreprises depuis une dizaine d’années pour ouvrir le pays, voilà que le pouvoir veut faire machine arrière et revenir à un nationalisme économique. Il pointe du doigt les investisseurs étrangers qui ne créeraient pas d’emploi et de richesses localement.

À l’origine des dysfonctionnements du secteur bancaire algérien

Hicham El Moussaoui, le 7 février 2008 -
Depuis longtemps l’Algérie est pénalisée par son système bancaire qui, en dépit de sa sur-liquidité, est incapable de répondre aux besoins de financement du développement du pays. Cette lacune de l’économie algérienne résulte essentiellement du manque d’ouverture du secteur bancaire. Celui-ci reste sous l’emprise de l’Etat puisque les banques publiques détiennent près de 90 % du marché, tant en termes d’actifs que de crédits à l’économie. Le problème n’est pas tant la domination des banques publiques, mais plutôt le fait que l’activité bancaire est détournée vers le financement public.