Afrique du Sud

Adieu Madiba

Nelson Mandela nous a donc quittés. Qu’il repose enfin en paix, après des mois de lutte contre la maladie et l'affaiblissement. Au-delà des controverses que certains pourraient se plaire à agiter, concentrons-nous sur l’essentiel : cet homme a passé vingt-sept années en prison pour avoir osé refuser l’injustice du système raciste de l'apartheid (trop souvent soutenu par des démocraties occidentales). Enfin libéré et élu premier président noir de l’Afrique du Sud, plutôt que de chercher à se venger de ses anciens oppresseurs pour l’avoir torturé et lui avoir volé vingt-sept années de sa vie, il pardonne et lutte pour la paix et la réconciliation, souvent contre l’avis des siens. Voilà qui force l’admiration. Qu’il repose en paix. Voici ce qu’écrivait en juin dernier Alex Ndungu Njeru, notre collègue d'AfricanLiberty.org, sur ce grand homme d'État

Afrique : La pauvreté se lit dans le classement de la liberté économique

Le Rapport sur la liberté économique dans le monde du Fraser Institute a été publié le mois dernier. Il compile des données de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI) et du Forum économique mondial, entre autres institutions, pour produire un classement des pays. Le rapport mesure

Mandela mérite un piédestal du leadership africain

Alors que Mandela passe une autre journée à l'hôpital, la moindre des choses était de lui rendre hommage dans un petit article, et reconnaître la force qu'il représente dans le monde d'aujourd'hui. Plus que jamais nous réalisons que cet homme est mortel, mais nos âmes sont apaisées par l'immortalité de son héritage.

Afrique : Défragmenter

Afrique : Défragmenter

Peu à peu, les dirigeants africains évoluent vers l’option d’une zone de libre échange africaine, avec pour objectif 2017. Voilà une bonne nouvelle car le manque d’intégration commerciale au sein même de l’Afrique est difficilement compréhensible. Bien sûr , on doit souhaiter que cette zone de libre échange ne se transforme pas en nouveau bloc protectionniste à l’égard de l’extérieur, mais gageons que le mouvement va dans la bonne direction.

Afrique du Sud : Rationaliser l’approbation des médicaments

Jasson Urbach – Le 5 janvier 2011. Sur le marché sud-africain, les droits de propriété intellectuelle (DPI) ont une durée maximale de 20 ans, mais le processus d'enregistrement accapare une portion significative de la période de temps consacrée à récupérer les coûts, en raison de la longue période de temps (parfois jusqu'à 5 ans) prise par le Conseil de contrôle des médicaments (MCC)