Afrique du Sud

L’interventionnisme de l’État socle de la pauvreté

De nombreuses voix s’élèvent pour critiquer «l'inadéquation» et l’échec de la transition politique de l’Afrique du Sud en 1994, qui a conduit à la Constitution de 1996. Les détracteurs affirment qu’elle n’aurait apporté qu’une liberté politique dépourvue de liberté économique, car, la majorité des Sud-Africains restent pauvres aujourd’hui.

Afrique du Sud : un salaire minimum antisocial

Les politiciens ayant approuvé le projet de loi sur le salaire minimum national (NMW) croient vivre dans le monde d'Alice au pays des merveilles avec des «baguettes magiques» leur permettant d'adopter des lois et réglementations qui font du bien sans léser personne. Pourtant, d’évidence le NMW a toutes les chances de nuire à un grand nombre de malheureux qui gagnent actuellement des revenus bien inférieurs au NMW. On peut d’avance prévoir la perte de nombreux emplois et l'accès à l'emploi va se compliquer pour les 9,48 millions de chômeurs.

Afrique du Sud : les droits fonciers des pauvres en danger !

En 1991, le gouvernement de l'apartheid reconnaissait sa violation la plus grave des droits de l'homme : le refus de la propriété des terres aux Sud-Africains noirs.  Comment ? Le gouvernement adopta la Loi sur la mise à niveau des droits fonciers, appelé « ULTRA ». L'objectif de l'ULTRA était de transformer les régimes fonciers moins efficaces des townships en une propriété complète et d'intégrer l'enregistrement de ces droits mis à niveau dans le système de registre officiel des actes. Il établissait un mécanisme par lequel les nouveaux propriétaires de quelque 5 millions de propriétés, pourraient soumettre des documents prouvant leur possession désormais intégrée dans le registre.

Afrique du Sud : hausse des loyers en vue !

Les Sud-Africains politiquement conscients oublient souvent que la route vers l'enfer est pavée de bonnes intentions. Qu'il s'agisse de faciliter l'accès au logement, de réglementer le tabagisme ou de nous protéger lors des transactions financières, on avance avec des œillères. Comme la lutte contre le tabagisme vise à protéger la santé publique et les droits des non-fumeurs, les gens y adhèrent facilement sans en mesurer l’impact. Avec la politique de «logement inclusif» de Johannesburg, une étude d’impact plus approfondie est certainement nécessaire parce qu'il y a un serpent dans l'herbe, un cobra en fait.

Progrès et inégalités sont-ils incompatibles?

Après la grande crise financière de 2008, l'inégalité des revenus est devenue une obsession pour tous ceux qui se sont sentis abandonnés par l'économie de marché. En 2011, le slogan « Nous sommes les 99 %» (entendons les 99% de la population qui ne supportent plus que la richesse soit entre les mains de 1%) était scandé à l’unisson par le groupe « Occupy Wall Street ».