Afrique du Sud

Pas de droits de propriété, pas d’investissements !

Le président d’Afrique du Sud, Ramaphosa, a récemment envoyé quatre personnes chargées de la promotion des investissements étrangers. Leur mission était de lever 100 milliards de dollars d’investissements au cours des cinq prochaines années. L’un de ces émissaires, l’ancien ministre des Finances, Trevor Manuel, s’est étonné que la question foncière soit un réel frein pour les investisseurs. Cela semblait pourtant évident alors que l'article 25 de la Constitution doit être amendé, supprimant ainsi la garantie des droits de propriété. Pourquoi un investisseur rationnel choisirait-il de mettre en péril son argent et ses biens en investissant en Afrique du Sud?

Stop à la manipulation de la monnaie !

L'invention de la monnaie a permis aux individus de remplacer leur système de troc par celui de l’échange monétaire. Au lieu d'échanger un bien ou un service contre un autre, la création de la monnaie a permis aux gens d'acheter ce qu'ils voulaient même à crédit. La monnaie est essentiellement un échange de reconnaissances de dettes (I-owe-you token,IOU).

Afrique du Sud : une tradition de violation de la propriété

Les tragédies, telles que le racisme légalisé et le manque de respect des droits individuels et de propriété, sont généralement fabriquées par des individus ayant des intentions politiques malveillantes. L'adoption de la Loi de 1913 sur les terres autochtones (Natives Land Act) est un exemple historique de ce genre de manipulation politique et ces conséquences tragiques se poursuivent aujourd’hui. Malheureusement, les Sud-Africains semblent être sur le point de redevenir victimes du même genre de manipulation politique.

Afrique du Sud : comment baisser le prix du carburant ?

Le Congrès national africain et son président, Cyril Ramaphosa, semblent déterminés à baisser le prix du carburant – alors que ce dernier est en période de hausse - selon Business Tech qui rapporte que le gouvernement cherche activement une solution au problème. Le bureau de la Free Market Foundation propose une assistance libre au gouvernement de manière à réparer le gâchis qu'il a créé. Nous accueillerons ses représentants à bras ouverts afin de résoudre le problème.

Afrique du Sud : ouverture du ciel et décollage du tourisme

En 2013, Israël avait signé un accord «Ciel ouvert» (Open sky) avec l'Union Européenne. Les objectifs étaient d'augmenter le nombre de compagnies aériennes étrangères opérant dans le pays, accroître le nombre de routes desservies, réduire les tarifs et stimuler le tourisme. Depuis, le nombre total de billets internationaux d'Israël a augmenté de 46% entre 2012 et 2016, passant de 6 441 569 à 9 399 299. La capacité a encore augmenté pour atteindre un record de 11 041 535 en 2017[1]. Imaginez ce que Open Sky pourrait apporter à l'industrie du tourisme en Afrique du Sud !