Enock Nyorekwa Twinoburyo

Ouganda : Quand les cycles électoraux plombent l’économie

Plusieurs rapports économiques soulignent le risque imminent pour la stabilité macro-économique, lié à l'élection de 2016. Ceci est, en partie, contenu dans la déclaration de politique monétaire de juillet (MPS), lorsque la Banque Centrale d'Ouganda a augmenté son taux directeur, pour la troisième fois cette année, de 1,5% pour atteindre le taux de 14,5%, lequel est supérieure à l'augmentation antérieure de 1% en juin et celle de 1% datant d’avril. Notons qu’avant cela, le taux de la banque centrale avait été maintenu à 11% depuis juin 2014. Cela illustre les risques accrus liés aux élections à mesure que l'Ouganda se rapproche de l’échéance électorale.