Asmaa Bassouri

Maroc : Comment lutter contre la spoliation foncière légale?

Se faire dépouiller « légitimement » de son bien immobilier (Frédéric Bastiat parlait de spoliation légale), c’est possible au Maroc. Non seulement la loi comporte des failles exploitables par les spoliateurs, mais les autorités se sont longtemps renvoyées ‘la patate chaude’. Cette inertie a nécessité l’intervention du monarque qui, par une lettre adressée au ministre de la justice, a suscité la mise en place de quelques mesures. D’aucuns se réjouiront des réformes entreprises depuis l’injonction royale, qui vont dans le bon sens, mais ont-elles pu arracher le mal à la racine ?

Maroc : Cessez les tests hypocrites de virginité !

Dans un communiqué conjointement publié par trois institutions onusiennes – l’OMS, le HCDH et l’ONU Femmes – plusieurs pays, dont le Maroc, seront exhortés à bannir la pratique des tests de virginité. Très répandue dans le royaume, cette pratique dénote le rapport hypocrite des Marocains vis-à-vis de la sexualité, très particulièrement féminine. La virginité s’érige en mythe fondateur de l’honneur de la fille, et partant, celui de sa famille et de la société toute entière. Mais n’est-il pas enfin temps de démystifier ce mythe ? Nombre d’arguments d’ordre religieux, éthique, juridique, et médical militent en effet pour l’abandon de cette pratique.

CPI : L’acquittement de Bemba est-il légitime?

Véritable coup de théâtre, l'acquittement du congolais Jean-Pierre Bemba par la Cour Pénale Internationale (CPI), aura non seulement des conséquences dévastatrices sur les 5229 victimes présentes à son procès, mais infligera aussi un grave revers aux 10 années d'efforts du Bureau du Procureur pour instruire l'affaire.

Maroc : Les femmes « Soulaliyates » exclues des terres collectives !

Estimées à 15 millions d’hectares (soit 35% environ des terres au Maroc),[1] les terres collectives représentent un enjeu économique de taille. Pourtant, dans un pays sensé être un État de droit, l’accès à la propriété de ces terres demeure encore « genré », dans la mesure où la gente féminine – désignée par femmes Soulaliyates – subissent l’injustice d’en être exclues, une exclusion qui en dit long sur le manque de parité entre les deux sexes au Maroc. Pourquoi cette aberration perdure-t-elle encore ?

Maroc : La tourmente des mères célibataires !

Bien que la situation des mères célibataires marocaines soit taboue, elle n’en demeure pas moins réelle. D’après l’association «100% maman», 50.000 naissances hors mariage sont enregistrées annuellement. Être mère célibataire au Maroc serait la pire des malédictions, mais ce serait aussi et surtout une preuve de grande bravoure, car en acceptant de garder son enfant (plutôt que de se faire avorter clandestinement, ou de l’abandonner dans une poubelle), la maman s’expose à la marginalisation dans une société qui reste d’une implacable cruauté envers les mères célibataires. Pourquoi cette aberration se perpétue-t-elle ? Et quelle issue pour s’en sortir ?