Ayaan Hirsi Ali : "Pas du tout"

Version imprimableVersion imprimable

Il y a peu de consensus sur ce qui est moral, et encore moins sur ce qui corrode la morale. Un homme de foi mesure le caractère moral par la capacité de quelqu’un à se conformer aux exigences de son Dieu. Un socialiste peut mesurer la force morale par son dévouement à la redistribution des richesses. Un libéral - et j'entends par là un libéral classique, à la Adam Smith ou Milton Friedman, pas un libéral au sens américain de « pro-big-government » - peut être religieux, et il peut voir les mérites de l'égalité des revenus, mais il mettra toujours la liberté en premier. C'est le cadre moral auquel je souscris.

Selon cette école de pensée, la liberté de l'individu est le but suprême, et le test ultime de caractère d'une personne est sa capacité à poursuivre ses propres objectifs choisis dans la vie sans empiéter sur la liberté des autres à poursuivre leurs propres objectifs. Dans cette perspective, la libre activité économique entre les individus, les entreprises ou les nations renforce ces qualités souhaitables comme la confiance, l'honnêteté et le dur labeur. Les producteurs sont obligés d'améliorer sans cesse leurs produits et services. Le marché libre établit une méritocratie et crée des opportunités en termes de meilleurs emplois pour les étudiants qui travaillent dur à l'école. Le même mécanisme pousse les parents à investir plus de temps et d'argent dans l'éducation de leurs enfants. Les producteurs investissent dans la recherche et l'innovation pour battre leurs concurrents sur le marché.

Pour apprécier combien efficacement le marché libre renforce le caractère moral, il est utile de jeter un regard sur les systèmes économiques qui le compromettent ou le rejettent ouvertement. Partout où le communisme a été essayé, par exemple, il n’a pas simplement résulté dans de la corruption et des produits de qualité inférieure, mais aussi dans la peur, l'apathie, l'ignorance, l'oppression, et un manque général de confiance. L'Union soviétique et la Chine d'avant la réforme étaient moralement et économiquement en faillite.

Ou considérons l'ordre féodal caractérisé par l'Arabie saoudite. On y voit un monarque absolu, une hiérarchie religieuse qui renforce l’accaparement du pouvoir par la famille régnante, et plusieurs classes de serfs : la minorité chiite opprimée, le sous-prolétariat largement exploité des travailleurs immigrés, et les femmes, qui sont enfermées et maltraitées. La stagnation et l'oppression de la société saoudienne la rendent tout à fait immorale aux yeux d'un libéral classique. Contrairement au communisme, elle ne peut même pas se cacher derrière la feuille de vigne d'une plus grande « équité ».

Le libre marché a ses défauts moraux. Je peux voir pourquoi les critiques trouvent difficile de détecter la morale dans un système de marché qui permet à des jeunes filles de devenir immensément riches en se dandinant et en gazouillant à la télévision et à des jeunes hommes d’obtenir une prospérité obscène parce qu'ils peuvent faire du hip-hop sur des rythmes endiablés générés par la drogue. Un débat légitime existe également entre les partisans des marchés entièrement libres et ceux qui laissent entendre que les services vitaux tels que la santé et l'éducation exigent une mesure de surveillance de la part de l’État.

À mon avis, l'étendue des services publics d'aide sociale en Europe occidentale est excessive et contre-productive. Elle décourage l'innovation et récompense la dépendance, corrodant la fibre morale et la responsabilité individuelle en encourageant les gens à devenir paresseux et dépendants de l'État pour des choses qu'ils pourraient (et devraient) faire eux-mêmes. Dans une société de marché libre, où la liberté est première, les individus tendent à être plus créatifs et à innover; dans les Etats providence donnant la priorité à l'égalité, l'ingéniosité naturelle de l'homme est pervertie. Pour réussir, vous devez apprendre à « utiliser le système » plutôt que comment développer un meilleur produit. Le risque est évité, et la responsabilité individuelle est contrariée. Bien que, superficiellement, le système puisse sembler juste, il favorise la médiocrité et un sentiment d'être victime, et il décourage ceux qui cherchent leur propre excellence.

Les sociétés de libre marché sont sous le feu des écologistes aujourd'hui pour avoir prétendument ruiné la planète. Mais le débat passionné sur le réchauffement climatique et les implications morales des déchets et la pollution n’a émergé que dans les sociétés politiquement libres. En outre, pendant que les gouvernements débattent de la question de savoir si le réchauffement de la planète est vraiment causé par l'homme, les acteurs économiques ont déjà commencé à intégrer ces préoccupations dans leurs productions et leurs investissements. Ils ont commencé à prendre des mesures pour construire des voitures plus économes en carburant et créer des systèmes abordables pour fournir des sources d'énergie alternatives. Le marketing « plus-vert-que-toi » est une force puissante au sein d'une catégorie donnée de consommateurs. Les entreprises font cela parce qu'elles sont des agents économiques rationnels. Les entreprises qui sont plus écologiques peuvent effectivement faire plus de profits que celles qui ignorent la morale environnementale.

Les riches sont-ils toujours avides? Il y a beaucoup de gens riches, décadents et insipides en Amérique. Mais il y a aussi de nombreux philanthropes très actifs, et effectivement grâce à certaines des personnes les plus riches dans le pays, il y a une nette amélioration de la sensibilisation du public dans la lutte contre les épidémies diverses. L'objectif d'éradiquer le paludisme, par exemple, pourrait être atteint plus tôt par des investisseurs privés que par les États ou les bureaucrates de l'ONU.

Ces hommes et femmes fortunés sont aussi fiers de leur contribution aux biens culturels tels que bibliothèques, concerts, musées, ou, dernièrement, une planète plus propre. La philanthropie individuelle très active qui caractérise l'Amérique peut dépendre du code des impôts, mais cela est intéressant en soi : un marché libre bien encadré peut être plus efficace dans l'amélioration du bien commun qu'une bureaucratie internationale pléthorique dirigée par les gouvernements.

Pour ceux qui recherchent la perfection morale et une société parfaite, un marché libre n'est pas la réponse. Au cours de l'histoire, la recherche de sociétés parfaites – c’est à dire le refus de reconnaître l'imperfection de l'homme – s’est presque toujours terminée dans la théocratie ou l'autoritarisme, ou encore l'anarchie violente. Mais pour ceux qui cherchent à travailler avec les défauts de l'homme de tous les horizons, et d'augmenter la somme des bonheurs individuels, le marché libre, combiné avec la liberté politique, est la meilleure voie.

L'Amérique est imparfaite, chaotique, parfois décadente, et souvent dure avec les faibles. Mais ses principes moraux sont beaucoup plus élevés que ceux des autres grandes puissances de l'histoire.

Née en Somalie, Ayaan Hirsi Ali a émigré en 1992 aux Pays-Bas, où elle a été membre du parlement de 2003 à 2006. Elle est l'auteur de best-seller Infidel et est chercheur à l'American Enterprise Institute.