Vingt ans plus tard, les raisons de la chute du mur de Berlin

Version imprimableVersion imprimable

Swaminathan S. Anklesaria Aiyar - le 04 novembre 2009. Nous nous approchons du 20e anniversaire de la chute du communisme. Une chute qui a réfuté, sous tous ses aspects, la prétention du communisme à représenter le peuple. Pourtant, la prétention continue, éblouissant parfois une nouvelle génération de jeunes sans la moindre idée sur les raisons de chute du mur de Berlin le 9 Novembre 1989.

Dans le capitalisme démocratique, disait Karl Marx, les riches sont devenus plus riches et les pauvres plus pauvres. Le marxisme a inspiré les jeunes idéalistes depuis plus d'un siècle. La révolution de Lénine en Russie en 1917 a été saluée comme une aube nouvelle. Les conquêtes de Staline ont introduit le communisme en Europe de l’Est. Les gouvernements communistes s’y sont engagés à créer un paradis pour les travailleurs, qui seraient libérés de l’exploitation des capitalistes et travailleraient ainsi pour l'État, ce qui leur apporterait plein d’emploi et bien-être. L’auteur tchèque Milan Kundera dit des communistes « ils avaient un plan grandiose, un plan pour un nouveau monde dans lequel chacun trouvera sa place : la création d'une idylle de justice pour tous. Les gens ont toujours aspiré à une idylle, un jardin où les rossignols chantent, un monde d'harmonie où la société n’est pas hostile à l'égard de l’homme, ni l'homme à l'égard d'autres hommes". Problème : ce paradis supposé a été imposé à la pointe du fusil. Néanmoins les gauchistes applaudissaient, écartant les opposants comme les élitistes capitalistes. Ces élitistes seraient justement décimés, mais les masses accéderaient à l'égalité et à des avantages fabuleux au paradis.

Hélas, cette égalité était un trompe-l'œil: l'égalité n'est pas possible entre ceux qui imposent les règles et ceux qui les subissent. Les Européens de l'Est ont constaté que le paradis supposé a été en réalité une cage dans laquelle ils ont été alimentés et abreuvés, mais privés des libertés fondamentales de parler, d'agir ou de bouger. Des masses de jeunes commencèrent à émigrer des paradis communistes vers l’enfer supposé de l'Occident.

La migration a été plus facile de l'Allemagne de l’Est vers l’Allemagne de l'Ouest. La migration officielle a atteint 197.000 en 1950, 165.000 en 1951, 182.000 en 1952 et 331.000 en 1953. Il était impossible de prétendre que tous ces jeunes étaient tous de cupides capitalistes réactionnaires.

Ainsi, les pays communistes ont fermé leurs frontières et incarcéré ceux cherchant à s'échapper. Kundera dit que le paradis communiste était censé être un endroit « où chaque homme est une note dans une fugue magnifique de Bach, mais toute personne qui refuse sa note est un simple point noir, inutile et vide de sens, facile à attraper et à écraser entre les doigts comme une mouche. Étant donné que par définition (communiste), une idylle est un monde pour tous, les personnes souhaitant émigrer niaient implicitement sa validité. Alors, au lieu d'aller à l'étranger ils ont été mis derrière les barreaux ». La fuite du Paradis était bannie : elle pourrait conduire à la notion impensable que le communisme n'était pas, après tout, le paradis.

Le dilemme communiste était pire dans la ville de Berlin, divisée entre un Est communiste et un Ouest démocratique. La fuite était plus facile et plus massive ici. Ainsi, en 1961, les communistes construisirent le mur de Berlin sur toute la frontière de la ville. Contrairement à la plupart des murs de sécurité, cela ne visait pas à éloigner les étrangers, mais à enfermer les citoyens à l'intérieur d’une cage. Néanmoins, des milliers de Berlinois de l'Est ont cherché à traverser, et des centaines ont été abattus.

La Doctrine Brejnev de l'Union soviétique stipulait qu'une fois qu'un pays est devenu communiste, les armes soviétiques le maintiendraient communiste. Les chars soviétiques ont écrasé les soulèvements en Hongrie en 1956 et en Tchécoslovaquie en 1968. La même doctrine a conduit les chars soviétiques en Afghanistan en 1979. Mais ils y ont subi un revers humiliant. Lorsque Gorbatchev est devenu Président de l’Union Soviétique, il retira ses troupes de l'Afghanistan, mettant fin à la doctrine Brejnev. En 1989, il dit aux dirigeants communistes d’Europe de l'Est qu'ils ne pouvaient plus compter sur les chars soviétiques pour contrecarrer les soulèvements populaires. Dans les trois mois qui suivirent, les soulèvements populaires renversaient les régimes communistes de toute l'Europe de l’Est.

En août 1989, la Hongrie démantelait les barrières aux frontières avec l'Autriche. En quelques jours, des hordes d'Européens de l'Est, dont 13.000 Allemands de l'Est, ont fui en Autriche. Des manifestations de masse contre le régime communiste ont éclaté à travers l'Europe de l’Est. Pour apaiser la colère du public, les communistes ont ouvert les portes du mur de Berlin le 9 Novembre. En quelques jours, les Berlinois ont ébréché et détruit le mur, au milieu d’acclamations délirantes. Peu après, le gouvernement communiste est tombé.

Partout les communistes et les socialistes étaient consternés. Ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi les Allemands de l'Est bénéficiant de l'égalité des revenus, de l'aide sociale gratuite et du plein emploi devaient fuir vers l'Ouest très inégalitaire, hérissé de chômage et de périls sociaux. Une réponse est venue d’une lettre envoyée à un directeur de journal.

« Le Hamster de ma fille (une souris blanche de compagnie) a de la nourriture, de l'eau, un abri et même des soins médicaux, et une cage pleine de tubes de jeu. Le hamster répond en essayant constamment de ronger la cage, perçant son chemin vers la liberté. Je pense que nous comprenons tous ce qu'est la liberté, et ce n'est pas une cage dorée ».

Swaminathan S. Anklesaria Aiyar est analyste au Center for Global liberty and Prosperity du Cato Institute.